Archives de Tag: école

La session intensive: cet été, surfez sur « l’état de grâce »

TouchingWater (1)La session intensive pour débutant permet d’apprendre un maximum sans se casser la tête. Ça demande du doigté au professeur et beaucoup d’astuces (que je prend souvent dans la traditions des arts martiaux). On peut apprendre plus en 1 seul mois  que dans une longue période diluée dans la procrastination, la culpabilité (je n’ai pas pratiqué..) la peur du prof et l’oublie. Ce programme permet aussi aux pianistes en « burn out » de restaurer leur amour de jouer ou souvent de découvrir le plaisir de créer, même devant une partition.

  • Intuition, instinct musical
  • l’oreille (le sens #1 en musique)
  • créer l’oreille virtuelle
  • éveiller réflexe musicale
  • accès à la dimension musicale, « universal mind » chez Bill Evans
  • proprioception (perception interne des mouvements) la clé de la virtuosité
  • l’intelligence globale
  • la mémoire (la vraie mémoire)
  • savoir revenir au bon côté du cerveau

Si on a atteint ces buts, « sky is the limit »

Dans tout apprentissage il y a un moment où tout est possible, c’est « la chance du débutant », l’innocence du arthur-rubinstein-19501débutant. Pour moi, en tant que professeur depuis + de 30 ans c’est la période qui permet d’activer les ressources innées de votre cerveau.  Pendant toutes ces années je me suis posé la question: pourquoi c’est facile pour moi alors que pour d’autre cela semble si difficile? Je me suis posé la question toute ma vie. Pour moi, tout était facile en musique alors j’ai cherché des réponses plutôt que de me dire « fuck them ». Je ne me permet jamais de dire qu’un élève n’a pas de talent ou que c’est un con. C’est mon défi, en tant qu’enseignant de trouver le talent et de l’activer. Le professeur qui met la faute sur l’élève n’a pas de talent pour l’enseignement. Il vous détruira ou détruira votre enfant.

Comme professeur, j’essaie de faire durer et de rendre cet état de grâce, la norme.

L’innocence du débutant, c’est ce que l’on retrouve dans tous les jeux que l’on aborde pour la 1ère fois quand le mental est totalement dépassé. L’intuition est une intelligence globale qui prend en compte un grand nombre de variables de façon efficace et ce, inconsciemment. L’intuition fait des synthèses instantanées et agit.

Malheureusement, le modèle éducatif traditionnel ne considère pas cet aspect. Il coupe tout en petits cubes, même ce qui est sphérique. C’est le côté gauche du cerveau alors que la musique est un fait du côté droit: l’artiste. Pourtant, plus tard, quand vous commencerez la méditation, après avoir piétiné pendant des années, c’est ce que vous retrouverez…en partie. Revenez au « programme original »

Imaginez revenir du travail et vous mettre au piano pour jouer votre pièce préférée  et retrouver votre sérénité…. Imaginez jouer une pièce en duo avec votre fils, votre fille, votre amoureux(se).

Le début d’un apprentissage d’une vie. Apprendre la musique est une grande aventure. Certains y plongeront pour la vie. Ne débutez pas en économisant des bouts de chandelles. Vous le regretterez. Quand on commence tout croche, en acceptant qu’il faut jouer un tas de choses hyper ennuyantes pendant des années avant d’avoir « le permis » de jouer ce que vous aimez, la déception ne peut qu’être énorme. Jamais vous n’y arriverez. Combien arrivent à l’écœurement total après 10-15 ans de pratique,  incapable de sortir des cahiers. Quel gaspillage de personne et d’argent. J’en ai vu beaucoup.

Arthur R

Le secret de la « grande main »

Pour certaines personnes, connaître un seul morceau peut être un grand
plaisir. Donnez-vous la permission. Ce que vous avez toujours voulu jouer sans oser le demander? Le bon professeur sait rendre facile ce qui semblait impossible.

…Et tout ça , dans le plaisir, sauf pour ceux qui veulent souffrir. Pour ceux là, ce n’est pas le choix qui manque.  Ne m’appelez-pas si vous voulez un « brain wash ».

Le programme famille pour débuter du bon pied et de la bonne neurone

famllComment aborder le piano avec ses enfant ou même avant leur arrivée? Il peut coûter cher de faire apprendre le piano aux enfants pour souvent un intérêt mitigé voire même une indifférence absolue. Il y a même des cas où après des milliers de $$$$ l’enfant avoue détester le piano (ou le prof). Parfois, les parents sont démunis à savoir comment faire fructifier les cours; pas de pratique à la maison, pas de musique pas de plaisir. C’est pour cette raison que j’ai créé le programme famille où tous sont appelés à participer. L’enfant croit souvent être le seul au monde à jouer du piano. Il se sent anormal et s’il est le seul à la maison c’est pire. Bien sûr, si votre garçon et souvent surtout, votre fille demande en bas âge demande à apprendre le piano,il faut lui en offrir la possibilité. En participant au programme famille, vous apprenez des jeux et des pièces qui vous permettrons de le suivre et de participer à son apprentissage et son épanouissement. Ça représente un grand plaisir! Jouer un morceau avec maman ou papa. Se lancer dans un tango ou un blues. Attaquer une symphonie à 4 mains. Un avantage du programme est que le parent ne retient pas les mêmes choses que l’enfant ce qui consolide la mémorisation et la compréhension des pièces. Imaginez les soirées de musique en famille plutôt que les soirées chacun pour soi sur le Ipod ou l’ordi… La musique est un outil formidable pour consolider les liens familiaux. De plus, à travers le programme famille, vous dénicherez facilement lequel de vos jeunes et moins jeunes à la piqûre et vous sauverez une petite fortune. Jean Genest enseigne aux jeunes de tous âges (de 4 à 85 ans) depuis plus de 30 ans dans le respect des goûts et de la personne. Dans la simplicité et le plaisir. Pour lui, rien ne vous est impossible si vous aimez une pièce ou une oeuvre. Beattles, Mozart, Chopin, Stravinsky, Deep purple, Billy Joel, Elton John ou les grands du jazz, il vous ouvrira toute grande pianosnoopyla porte et vous y accompagnera. En couple de jeune amoureux, jouer un tango ou un blues est une excellente façon de se connaître et par la suite en jouant ensemble pour bébé, vous le préparerez à y plonger lui-même. L’impro et la musique pour piano sont aussi des excellents outils pour relaxer et s’énergiser pendant une grossesse et après l’accouchement. Seul ou en duo vous êtes les bienvenu(e)s

Auditions pour le programme jeunes virtuoses

Genest_2006bPour ceux qui veulent un apprentissage intensif, jouer des concerts régulièrement (minimum 4 concerts par année)

Recevez l’enseignement pour devenir pianiste professionnel, enregistrement de CD et techniques d’enregistrement. Aussi utilisation des logiciels de composition. Que vous vouliez jouer Rachmaninov Chopin ou Mozart, Jean Genest peut vous former avec une nouvelle approche inspirée de Chopin lui-même (oui il était un grand pédagogue).

Gestion des émotions et des réalités de la scène. Créativité, interprétation et connaissance de l’histoire et de la théorie de la musique.

Formation complète, 2 cours semaine minimum. Tarif accessible

Prenez rendez-vous pendant les 2 premières  semaines de mars.

Jean Genest (514) 294-1241

Tous âges!

Trouver le talent chez l’élève

Trouver le talent chez l'élève

Bien sûr,il ne faut pas toujours se fier à ce qu’on voit. Un tas de facteurs peuvent « cacher » le talent d’un candidat à une audition. L’anxiété, la confiance en soi, l’hyper sensibilité. Pourtant les artistes sont des hypersensibles.
Je dis souvent: « le bon professeur est celui qui trouve le talent chez l’élève et pas celui qui trouve les élèves qui ont du talent ».
Le meilleur professeur est devenu compétent à force de régler des problèmes et de travailler avec des élèves difficiles qui ont des problèmes qui cachent parfois un grand talent.
Le professeur sélectif aura des élèves chez qui les problèmes ont étés réglés par le ou les professeurs précédents. Ceux dont on ne verra pas le nom dans le CV.
Les professeurs qui prennent les débutants, les élèves difficiles et en font des musiciens heureux sont des héros. Ce sont eux les bons professeurs. Dernièrement je travaillais avec une petite élève ayant une facilité extraordinaire, l’élève à laquelle on n’a pas expliquer et je me disais que si je n’avais que des élèves comme elle je serais probablement un professeur médiocre. Je n’ai jamais refusé un défi, que ce soit de « frère Jacques » ou une étude de Chopin.
Il y a une solution à tout les problèmes (physique ou psychologique).

La confiance en soit s’apprend. L’anxiété et le stress se gèrent. Au lieu de les nourrir, le bon professeur les évacueras. Il y a des techniques pour cela et bien sûr, ça ne sert à rien de crier ou de dévaloriser un élève. Il y a des milliers d’enfants et d’adultes qui s’initient à la musique chaque année. Souhaitons que ce sera une expérience agréables pour la plupart d’entre eux.

Jean Genest    (514)294-1241

Les 12 jeux d’improvisation

Une approche simple et accessible à tous!

J’ai créé ces jeux en 1996 afin de permettre à toute personne de pouvoir improviser au piano.

Et ce quelque soit le niveau (débutant ou pianiste) je les utilise depuis ce temps avec succès.

J’ai eu le plaisir de les présenter en atelier au congrès de la FAMEQ (Fédération des Associations de Musiciens Éducateurs du Québec) cette année et l’accueil a été très enthousiaste.

Il s’agit de 12 points de départ vous plongeant immédiatement dans des langages différents.

  1. Blues
  2. Musique ancienne (pour les gammes jazz)
  3. Casse tête (musique contemporaine. Vous savez ce qu’on dit « C’est plus agréable à jouer qu’à entendre » mais c’est l’fun quand même)
  4. Chromatisme (mystère)
  5. Danse du soleil (ou tam tam danse)
  6. Jeux d’eau (pour l’oreille intérieure et virtuelle)
  7. Échos
  8. Jeux sur les touches noires (new age, asiatique amenant vers le blues)
  9. Les tritons
  10. La peinture sonore
  11. Les arcs en ciel (harmonie et accompagnement romantique)
  12. Gammes par tons et gamme diminuée (jazz et halloween)

couverture_improChacun arrive à s’y  »mouvoir » avec une bonne aisance. C’est un peu la chance du débutant. Le secret c’est de la garder avec un prof qui sait comment s’y prendre sans vous déconstruire.  »L’instinct musical ».

Ce livre est disponible sur le web à jbgenest.com (20$)

 

Aussi interprétation créative classique, initiation au jazz et au blues.

  ;o)

La Nouvelle École de Piano de Montréal

Depuis bientôt 20 ans j’offre des cours de piano axés sur la découverte et le plaisir de jouer. Ceci n’empêche en aucun cas de devenir un virtuose du piano. La souffrance, l’abnégation et la discipline de fer ne sont pas les seuls moyens de devenir un bon pianiste et surtout un musicien accomplit. Oublier les amis qui jouent dehors, rester à la maison le samedi matin jusqu’à ce que l’heure ou les 2 heures de pratique soient faites. Quelle tristesse!

L’approche traditionnelle rebute souvent les garçons pour qui le mouvement et le plaisir de jouer est essentiel. J’ai eu des résultats très interessants avec les garçons de 8 à 12 ans alors qu’en général, le piano ne les intéresse pas. Ils développent un plaisir et une facilité de jeu très impressionnante. Le fait de ne pas aborder la musique par la lecture y est pour beaucoup. La lecture fait décrocher la plupart des garçons. On peut l’intégrer plus tard. Entretemps on peut toucher des pièces aussi avancées que des préludes de Bach, des pièces de Chopin, du pop, du jazz et du blues (que les gars adorent).  Chez les filles aussi l’élément de plaisir de jouer est important bien qu’elle font plus souvent preuve de …docilité. Les jeunes rebelles représentent souvent de garnds talents musicaux. Il faut savoir comment les aborder. Pas par la discipline en tout cas. Avec eux et elles on ne peut pas tricher ou utiliser l’intimidation. Juste la vraie chose.

Il y a trop de bonne musique pour perdre du temps à faire les pièces ennuyantes ou même des gammes. C’est en tout cas ce que disait Heinrich Nehaus, professeur au conservatoire de Moscou et professeur de Sviatoslav Richter dans son livre «L’art du piano».

L’approche par la «tradition orale» similaire à celle des musiciens traditionnele demande une habilité particulière de la part du professeur et un esprit de synthèse. Un des intérêt de cette approche c’est que le «maître»  exigera que l’esprit de la musique soit là pour trouver le jeu acceptable. L’esprit de la musique constitue le plaisir même de jouer. Cet esprit n’est pas dans la partition et la musique qui est par essence orale ne se transmet pas facilement par écrit de la même façon qu’il serait difficile d’enseigner la peinture par écrit.

Montréal est une ville où il y a beaucoup de pianistes.  Depuis très longtemps, on y a développé des méthodes et des programmes mais tous visent plus ou moins le même but:  former des techniciens. Tout a l’air beau ici mais voilà, on n’enseigne pas la musique! Pourtant, combien d’entre eux sont des musiciens heureux et vont se mettre au piano pour le plaisir? Très peu. Au contraire, on oriente les étudiants vers les gammes, les exercices et le répertoire classique « mécaniste ». On a une épidémie de « burnout » musical mais, c’est pas grave car sur 1000 enfants qui jouent du piano 1 seulement deviendra un Pro. Un pro heureux?  Les 999 autres? C’est le prix à payer pour « l’Art » avec un grand « A ».  Ici, un élève qui a un talent authentique constitue un problème.  C’est le mouton noir.  Désolé mais je n’embarque pas dans ce bateau là.

Je crée mon petit bateau et que ceux et celles qui le veulent embarquent. La Nouvelle École de Piano de Montréal. Une école pour les moutons noirs? … pourquoi pas?  En tout cas une école pour ceux et celles, de tous âges, qui veulent vraiment accéder à la dimension musicale. Baroque, romantique, classique, jazz, blues, pop? La musique c’est la musique. Exprimer avec des sons ce qu’on a en dedans. Le beau, le moins beau et même le laid si c’est ça qui doit sortir.  Le merveilleux, le magique, le physique et le métaphysique.

Discipline ou talent?

L’élève talentueux manque souvent de discipline. Je me souviens quand j’étais au conservatoire. Je n’avais pas vraiment de discipline mais j’aimais la musique. J’aimais jouer et cela dérangeait autour de moi. Le directeur (qui a aussi été mon professeur)  me détestait.  À 12 ans, je pouvais sentir sa haine. Peut-être reconnaissait il chez moi ce qui avait été détruit chez lui ou …ce qu’il n’avait jamais eu : du talent? L’amour de la musique? Lui avait été discipliné. Il avait fait ses devoirs, ses Hanon, ses Czerny, etc. Tout le « brainwash » de la musique. Non il n’a pas réussi à m’atteindre et à éteindre ma flamme.

La pédagogie classique se limite souvent à chercher des moyens pour contraindre un enfant dans un programme ennuyant. Ce n’est pas ça la musique!

Alors, que faire avec un enfant qui a du talent? Un enfant « sauvage » qui se met au piano et n’écoute pas le professeur…

Peut être simplement l’écouter. Le suivre, car l’enfant qui a du talent n’a besoin que d’une chose. Que l’on ,mette sur son chemin des musiques intéressantes et riches en enseignements. Ensuite, on le suit et quelquefois, on l’oriente. Il fait des erreurs, il apprend de ses erreurs.

Heinrich Neuhaus (professeur de Richter au conservatoire de Moscou) disait qu’il y avait trop de belle musique pour perdre du temps à faire des gammes. Je suis totalement d’accord! Et avec toute la musique qu’on a eu au XXe siècle (incluant le jazz et la pop)

La musique aide à grandir, s’épanouir et développer la créativité. Elle doit assurer la santé mentale et non la compromettre.  Le professeur doit avoir l’habileté de reconnaître le potentiel réel d’un élève et de le développer plutôt que de le contraindre dans un programme stérile. Il doit avoir l’expérience pour guider le jeune et le moins jeune dans son grand apprentissage. Par là je veux dire que l’apprentissage de la musique n’est qu’un aspect du grand apprentissage de la vie qui ne se termine jamais.

Avant d’envoyer votre enfant dans une école de musique, pensez-y.

Thérapie pour pianiste en burnout

Comme un poisson dans l'eauVous reconnaissez-vous?

Être à l’aise au piano comme un poisson dans l’eau. Bien sûr c’est le rêve de tous! On en connait quelques uns, des « Gregory Charles » , mais pourquoi les autres n’y ont ils jamais accès?

Souvent, le résultat de cours de piano est décevant. Un poisson qui tourne en rond dans son bocal sans jamais trouver la sortie. Les autodidactes obtiennent souvent des résultats supérieurs, croyez-moi.

L’apprentissage de la technique et du solfège en suivant les règles devient bien souvent un ensemble de limites plutôt qu’un véhicule pour explorer. Un bocal sécurisant pour certains, un cocon étouffant pour les autres.

Pourtant la musique est un outil d’apprentissage de la liberté.

L’improvisation et le jeu « à l’oreille » sont necéssaire pour obtenir un jeu fluide et agréable.  Jazz, blues, improvisation romatique ou classique ou impro libre; Il n’y a pas de limites. Juste des points de départ qui mènent toujours à la musique.

Toute ma vie, j’ai joué avec plaisir, sans limites. De Chopin à Gershwin, de Miles Davis à Dave Brubeck. Du pop au folklore et du club à la salle de concert. Dans l’ocean de la musique, il n’y a pas de limites.

Il n’y a que la découverte.  Alors, laissons un peu tomber « do ré mi fa sol la si do »  et faisons de la musique.

Pour relaxer, pour le plaisir ou pour faire une carrière, il faut sortir du bocal!