Archives de Tag: cool

La musique « classique »; aristocrate??

600full-salvador-daliOn fait souvent le rapprochement entre la musique dite « classique » et la noblesse, la richesse, le luxe. C’est dommage car, la plupart des grands compositeurs n’étaient pas riches, voire même plutôt pauvre.Comme j’ai entendu sur certaines chaîne radio, la musique est encore plus belle au volant d’une voiture de luxe.

Mais voilà, ce qui est le 1% même à l’époque de Mozart ou Chopin, s’est approprié cette musique. La noblesse aime bien se mettre « en valeur » en agrémentant ses soirées de sonates ou de musique de chambre.

Libérons la musique et libérons-nous

La musique comme bien des choses, peut amener l’épanouissement autant que l’abrutissement.  La pédagogie noire utilise la musique pour le lavage de cerveau et pour sauver les humains d’eux-mêmes. Ces personnes croient que l’humain, s’il n’est pas « corrigé », redressé ou purifié sera laissé à l’état de bête qui est la nature même de l’humain. C’est bien triste car ça apporte le fascisme et le totalitarisme. La source de la pédagogie noir comme l’explique bien Alice Miller. Pour ceux qui voudrait la lire, ses livres sont disponibles en audio sur youtube.com

Par contre si on laisse la nature faire son oeuvre et qu’on permet à l’humain de développer ce qui est en lui, on trouve un être réalisé. Là on voit bien qu’on n’a pas affaire à une bête sanguinaire. Au contraire toute la beauté intérieure et la créativité s’exprime.

La musique est un médium extraordinaire

La musique avec ses défis de motricité fine et la complexité qu’elle nous fait expérimenter nous permet de développer nos capacités au maximum. La grande variété au niveau des accords nous permet d’articuler nos émotions et nos sentiments. Dans le jazz et la musique classique on peut explorer une infinité d’équations affectives et relationnelles.

Chez Mozart, par exemple nous voyageons dans une nature sublime habitée par les esprits de la forêt, nos esprits intérieurs. L’orchestration est riche et explore un grand spectre sonore. Sa musique rejoint nos archétypes et déclenche le travail « spirituel ». Spirituel non pas au sens religieux mais au sens dont Yung parlait. Nous avons tous un potentiel en devenir qui n’attend que les happy-birthday-mozart-1280x2-1024x576déclencheurs pour s’activer. On peut aussi le bloquer en travaillant d’une façon rigide (gamme), en cherchant la perfection plus que la vie et en sacrifiant ce qu’on est à l’autel de la pureté et du conformisme. Vous savez, beaucoup de musicien considère l’humanité, le biologique avec mépris car ils pensent êtres en possession de la perfection. Ils ont vécu le sacrifice de leur être et se croient malgré tout supérieur  alors qu’ils ont souvent manqué leur propre vie. Pourquoi??

C’est bien ce qui donne cette mauvaise réputation à la musique classique pour les personnes en quête de liberté et de bonheur. Un trop belle cage de perfection et de conformisme, un moule. Mozart aurait bien rigolé de nous voir jouer sa musique de façon stérile sans y prendre un plaisir fou comme lui-même en avait. Il s’agit de s’inspirer d’une approche « biologique ».

L’importance de se réapproprier la musique

La musique nous donne accès à une autre dimension de nous-même qui nous est presque inconnue. Cette dimension aide notre développement et notre guérison. Elle est libératrice et magnifiquement subversive. Bien abordée elle apporte le bonheur, mal abordée, c’est la tristesse et la déprime assurée. Vous en viendrez à vous demandé « mais, à quoi sert la vie? ». Bien abordée, cette question sera absurde, rien qu’une chose: MERCI à la VIE!!

Mon but comme professeur a toujours été l’épanouissement et le bonheur chez mes élèves. Ça va faire 50 ans cette année que je m’éclate au piano. Que ce soit classique, romantique contemporain ou jazz, pop, blues, j’ai toujours autant de plaisir à jouer.

Ma muse veille sur moi.

Jean Genest (514) 294-1241                jbgenest@yahoo.ca

muse

Faire partie du 1%?

rageJean Genest (514) 294-1241

Voilà la gageure que beaucoup de parents relèvent pour leurs enfants.

C’est bien ambitieux car le taux de succès sera tout de même seulement de 1%.

Ce 1% deviendra 0,1% avec la sélection naturelle du marché de la musique.  Combien d’enfants sont inscrits à des cours de musique au Québec? 50,000? Plus? Et que deviens le 99%? On s’en fout, on a un grand virtuose international chaque 10 ans et on se pète les bretelles.

N’oubliez pas ceci; ce qui est bon et très bon pour vous (comme la musique) peut aussi vous détruire et faire du mal à votre enfant.

Trop souvent la méthode d’enseignement est conçue pour la compétition et se base sur une approche rigide qui ne vise pas l’épanouissement de l’intelligence et de la personnalité de l’enfant mais l’atteinte des objectifs le plus rapidement possibles. Cela laisse des traces indélébiles dans la psyché d’un enfant qui deviendra un adulte…anxieux, perfectionniste à l’excès et incapable de s’apprécier et d’apprécier ses propres réalisations. S’il est encore capable d’entreprendre des projets. Le perfectionnisme amène souvent à la stérilité.

czernyEst-ce que cette image vous rappelle de bons souvenirs? Pas sûr?

À mon avis, on peut viser les deux objectifs lorsque l’élève le souhaite et a le potentiel pour l’atteindre. Je vise prioritairement le développement de l’enfant mais si un élève le désire je peux lui donner tout ce qu’il faut pour être concertiste. Aujourd’hui, même les professeurs se sentent souvent inadéquat en enseignant le programme traditionnel qui vise la profession de pianiste. Peu d’enfants y sont intéressés et la plupart abandonnent sans résultats. Les pièces sont souvent ennuyantes et on a peur d’en donner que les enfants aimeront car par la suite, ils ne se plieront plus au répertoire «nécéssaire» aux gammes et aux exercices. Pourtant le répertoire regorge de pièces excitantes et inspirantes.

Chez Bach il y a des bijoux comme chez Mozart et Beethoven mais on n’y touche pas de peur de les profaner. On préfère ne pas les enseigner plutôt que de les faire jouer trop imparfaits.

Le jazz apporte un complément riche mais on prétend, à tort, que ça va «briser la technique» de l’élève. FAUX!

Avec les avancés pédagogiques, on resserre souvent plus l’étau que l’on ne l’ouvre. La technique n’est pas un truc fragile et fermé duquel on ne doit pas sortir. Les meilleurs pianistes on une technique naturelle et n’ont jamais souffert de jouer des morceaux amusants. Par contre il y a des professeurs ambitieux qui donnent des pièces pour lesquelles les mains de l’enfant ne sont pas prête mais on veut épater la galerie dans les concours.

Si on voulait s’éloigner de la compétition dans les années ’70 («Les vrais perdants» d’André Mélançon) on y est bien replongé aujourd’hui pour le meilleurs et pour le pire. Mais il y a toujours 99% qui ne seront pas gagnants et pour qui la musique aura été une mauvaise expérience dans trop de cas. Il y aura des jeunes adultes pour dire à maman «brûle le piano» et pour regarder le piano comme ce qui leur a volé leur enfance.

Dans tous les cas, la musique doit enrichir, divertir, développer les habilités et la personne elle même dans la joie et le bonheur. Les termes «il faut»,  «je dois» n’ont pas leur place ici. La joie et le vrai bonheur de faire de la musique sont les moteurs de la réussite.

C’est pour cette raison que j’ai créé le projet famille afin de dépister celui ou celle qui a du talent et qui est fait(e) pour la musique et que tous aient du plaisir. Parfois, c’est ne sera pas le plus vieux, mais souvent un  plus jeune qui aura vu son aîné jouer et qui l’imitera avec plus de facilité. C’est cher des cours de piano alors il vaut mieux maximiser en «contaminant» et en augmentant l’efficacité comme en jouant avec son enfant, comme un jeu  au départ et celui-ci deviendra plus sérieux s’il est mordu par le piano (ouch!) C’est aussi une façon de se rapprocher de son enfant. Bien sûr, le parent est souvent moins «bon» que le petit mais sa mémoire retient des notions différentes que celles que l’enfant retiendra. Les mémoires se compléteront. Par la suite il pourra reprendre avec un plus jeune en jouant. La musique fera partie de la famille et remontera le moral ou calmera toute la maison lorsque les nerfs sont à vif.

Jean Genest (514) 294-1241

Et plus tard quand il reviendra à la maison pour Noël, c’est lui qui vous demandera de jouer votre duo et qui jouera des pièces qu’il aime sans que «matante Georgette» le harcèle. Il fera plutôt plaisir à Georgette en lui jouant ses morceaux avec plaisir. Ce sera peut-être «Smoke on the water» mais aussi peut-être la sonate ou le prélude qu’il aime. S’ils ne veulent pas jouer devant la famille c’est peut-être un peu parce qu’ils n’aiment pas leurs morceaux

VIVEZ, soyez donc heureux. LA MUSIQUE C’EST FAIT POUR ÇA. 

En tout cas, pas pour être enfermé dans un bocal alors que tout les autres nagent, libres dans l’océan

bocal

Le côté droit de votre cerveau

univers

http://www.hypnose-yvelines78.com/cerveau-gauche-cerveau-droit/

En passant

La fin de l’année. Les vacances. Je me souviens de la joie que ça représentait pour moi dans mon enfance. L’année avait été chargée: école, cours de piano… Je vais vous faire un aveux: quand je vois arriver les petits, … Lire la suite

Projet Famille: faire entrer la musique dans la maison

Une approche simple et accessible à tous!

Inscriptions en tout temps


Pour le papa et la maman ou les grands-parents …ou les amoureux futurs parents avec fiston ou bébé, etc. C’est l’été. Profitez-en et favorisez les rapprochements.

Imaginez donc: grand maman ou grand-papa et le tout-petit qui jouent un blues en duo. Quel plaisir! Quel duo! 

Il y a tellement de musiques qui peuvent êtres faites ainsi. Parfois pour que l’enfant puisse apprendre très jeune il faut que l’aîné y mette du sien et souvent, le parent est beaucoup trop occupé pour cela. D’ailleurs, c’est très très cool une grand maman qui joue du piano.

On me demande souvent  ‘ »à quel âge mon enfant peut-il commencer le piano? »

Je répond en général que le parent doit auparavant faire entrer la musique dans la maison.

  • Apprenez quelques jeux d’improvisation (blues, jeu d’eau…) déjà bébé, l’enfant perçoit très bien la musique. Mieux que nous en fait. Il vous entendra puis il copiera. Il est un imitateur fantastique.
  • Ensuite vous le prenez sur vos genoux et vous jouez.
  • Plus tard il s’assoit près de vous et vous imite.
  • Et, enfin, il vous chassera du piano pour jouer seul.
  • Observez ce qu’il fait. N’intervenez pas trop vite. Laissez le faire. Il apprend déjà.
  • Il est prêt à prendre des leçons, mais n’allez pas l’envoyer chez un faiseur de gammes.
  • petit conseil: on ne saisit pas les mains de l’enfant pour les lui placer de la bonne façon. L’enfant trouve ça très désagréable. Ça le prive de sa liberté alors que le piano est libérateur. Il ne reviendra pas spontanément au piano.

Si votre enfant a 5-6 ans il n’est pas trop tard bien sûr. Il n’est jamais trop tard. On peut apprendre à 10 ans ou 80 ans (d’ailleurs j’ai et j’ai eu de très bons élèves de 80 ans).  Mais si il a vu jouer quelques morceaux chouettes ou si vous avez improvisé pour le plaisir pendant 2-3 ans, il a un bon fond et vous économiserez par la suite.

Vous venez prendre de 4 à  8 cours et vous amorcez le processus. Vous faites 1 pierre, 2 coups. Vous pouvez aussi jouer du piano.

Voilà!

Ne demandez pas à un enfant de jouer du piano s’il n’a jamais vu quelqu’un en jouer. C’est utopique. Seul l’enfant craintif et docile entrera dans ce processus. L’enfant talentueux n’est pas docile. On doit lui donner de la musique intéressante sinon il décroche vite. Pas de Do majeur pour lui. Pas de gammes ennuyantes et répétitives pour lui. Il s’y mettra quand IL le jugera pertinent et là, il en fera des tonnes.

Jean Sébastien Bach a eu 23 enfants. La musique devait être partout dans sa maison. Plusieurs sont devenus de grands compositeurs. 

Aussi, si vous jouez que vous avez du plaisir et que l’enfant ne s’y intéresse pas, c’est peut-être un signe que ce n’est pas pour lui. Souvent c’est le petit frère ou la petite soeur qui s’emparera du piano. Il coûte en moyenne de 800$ à 1000$ par an pour des leçons de piano. Ne le gaspillez si votre enfant n’est pas intéressé.  Économisez en en profitant pour vous-même. Il est probable qu’il vous suivra. Au départ on apprend pour le plaisir.  Ensuite le jeune, s’il en a envie, s’engagera par sa propre volonté à

aller plus loin. La pression des parents a presque toujours des effets néfastes. Même s’il arrive à jouer du piano admirablement à 16 ans, c’est un gâchis s’il ne peut plus sentir la musique par la suite. On peut avoir un talent admirable et ne pas aimer faire de la musique. Pire, s’il devient professeur parce qu’il ne connaissait rien d’autre. Pauvres élèves. Et il y a tant de ces professeurs…

Vous pouvez peut-être économiser en allant voir des profs débutant qui enseignent pour des clous mais qui massacreront le talent et la psyché  de votre enfant mais alors, où est l’économie?

Le mode principal d’apprentissage est l’imitation. C’est ainsi qu’on apprend les choses les plus complexes; marcher, parler, etc.  Cherchez    »neurones miroirs » sur internet, vous comprendrez.

Trop souvent le monde de l’éducation (educare: redresser ce qui est tordu, voir St-Augustin) cherche en fait à éviter les modes d’apprentissage naturels. C’est un pour ça que tant de garçons mais aussi de filles décrochent du système d’éducation. Il faut apprendre par des mots, assit, sans bouger, dans la discipline. Qu’est-ce qu’il fait le petit génie caché dans votre enfant?

La structure rebutera beaucoup d’enfants talentueux. Pour travailler dans une ambiance musicale et créative le professeur doit posséder un bonne expérience ne l’oubliez pas.

Jean Genest

Qu’en pensez-vous? Écrivez-moi vos commentaires ou partagez votre expérience.

  1. Dépliant de documentation complet:  http://jbgenest.com/Depliant.pdf        
  2. Cours
  3. Blog « La dimension musicale« 
  4. Spectacles
  5. Publications
  6. Plan du site
  7. À propos de moi
  8. Téléchargements
  9. Contactez-moi
  10. Séminaires d’improvisation, formation professionnelle, thérapie pour pianistes en burnout
  11. English
  12. À venir