Archives de Tag: Chopin

Comment aborder une oeuvre ou une simple pièce musicale

Voici une façon agréable et efficace de débuter la découverte d’une œuvre de piano

Prendre le temps de le faire élimine la plupart des difficultés d’apprentissage et maximise votre talent. Sauter cette étape revient à dépouiller la musique de tout son intérêt et rend le travail pénible. Si vous aimez souffrir…

 

La lune de miel

La plupart des gens croient encore qu’il faut répéter des dizaine ou des centaine de fois un trait difficile afin qu’il « rentre dans les doigts ou la tête ». C’est encore une erreur courante.

La répétition désensibilise et elle vous rendra de plus en plus imperméable à la musique. Personnellement, je sais que toutes les fois où j’ai appliqué cette façon de travailler, sur une cinquantaine d’année, j’ai perdu mon temps.

Répéter est une corvée inutile.

3-4 répétitions c’est le maximum pour une session de travail.

L’école Suisse

Il faut savoir que l’école suisse s’est grandement enrichi des plus grands pianistes d’Europe (mais aussi des artistes et scientifiques)  pendant l’exode de la 2e guerre mondiale.

J’ai eu 2 professeurs suisses et ils furent vraiment mes meilleurs maîtres.

Un autre maître  est Chopin à travers le livre « Chopin vu par ses élèves ».

 

Lune de miel

La 1ère phase de travail est la lune de miel. Elle est essentielle et permet à l’œuvre d’avoir sa « propre croissance » en vous. Elle permet de mémoriser l’œuvre sans que vous vous rendiez compte. Vous savez, quand on veut apprendre par cœur consciemment ça ne marche jamais. Mon professeur Bruno Biot me disait de ne jamais pratiquer l’œuvre tant que je ne la savais pas par cœur…??? Alors, que faire?

Jean Pierre Vetter qui était un professeur extraordinaire m’a appris à lire la partition. Vraiment lire, au-delà des notes. Ces noms ne sont pas très connus car ils ont consacré leur vie à enseigner, pas à parler d’eux-même et à se faire connaître.

 

Phase 1 : questionner l’œuvre. Ici on se joue la pièce sans se soucier de la performance. Il faut créer des liens, des racines entre vous et l’œuvre. Entre votre psyché et celle du compositeur. L’œuvre vous nourrira et se nourrira de vous.

  1. On écoute, on se joue l’œuvre assis confortablement.
  2. quel est la caractère de l’œuvre (triste, gaie, dramatique, mélancolique, etc)
  3. Faite votre scénario cela donnera de la cohérence à votre interprétation.
  4. Recueillir des informations sur l’œuvre. Par ex : une rhapsodie (Rhapsody in blue, Rhapsodie hongroise et même Bohemian Rhapsody). Le rhapsode était quelqu’un qui relatait les hauts fait de combats, des grandes batailles. Il contait souvent en chantant. Dans « Rhapsody in blue » de Gershwin on peut voir le combat d’un jeune immigrant pour faire sa nouvelle vie (professionnelle et amoureuse) et les obstacles rencontrés. L’œuvre se termine par la rixe et la victoire.
  5. Les sonates suivent le model narratif de l’opéra. Personnage principal et secondaire (souvent plus « smart » que le principal. Il peut jouer le rôle de mentor ou de destructeur. Souvent une femme possédant des pouvoir magiques ou un pouvoir de séduction chez Carmen. 2e mouvement : nocturne, processus spirituel. 3e mouvement : combat final et victoire, réappropriation de sa vie.
  6. Rechercher les « icônes ». Cloches* donnant l’heure ou annonçant un événement, Cors de chasse (situant l’action en forêt) ou cors du postillon**
  7. Essayez de respecter l’époque, l’histoire et le pays
  8. La pièce vous répondra, apportera de nouvelles idées
  9. Bien-sûr, votre scénario ne représente pas une vérité.

 

Après cette phase, vous réaliserez que vous connaissez l’œuvre « par cœur ». Les oreilles ont enregistré les sons en synchronisation avec votre proprioception (perception interne des mouvements). Vous pouvez commencer à pratiquer.

La lune de miel est la phase la plus agréable du travail (après le concert bien-sûr) mais la plupart de pianistes occulte. On a coutume de dire qu’un pianiste qui a du plaisir ne travaille pas vraiment. Dommage!

 

Prochain article : Pratiquer les vraies choses « Ne pas s’enfarger dans les fleurs du tapis »

 

* Cloches : à la fin du nocturne en mib de Chopin , il y a 4 coups de cloches à l’horloge du village indiquant l’heure et l’aube, l’heure où les amants doivent se séparer.

 

** cors du postillon : avant d’entrer dans une ville ou un village,le postillon en diligence s’annonçait au moyen d’une sonnerie de cors afin que les chevaux soit prêts à son arrivée et que l’arrêt soit le plus bref possible (comme en formule un « l’arrêt au puits »). Les villageois y entendent la possibilité de nouvelles d’un proche aimé, d’un fiancé au loin

Session d’été pour les petits et pour tous

Toute l’année, je reçois les petits et les adultes et, vous savez quoi? Ils sont fatigués. L’école demande énormément aux enfants. Pour cette raison, j’aime bien recevoir les petits en été. Ils ont la tête dans les nuages et les poumons pleins d’air frais. Je peux ainsi leur apprendre la musique plus facilement, et non une corvée sur une autre corvée.

En été j’offre l’intensif, soit 2 fois 1h par semaine sur 2, 3 ou 4 semaines 2semaines  par mois. Un projet,un morceau, une pièce jazz,  impro ou une chanson apprise et finie en quelques cours. Pas de niaisage et plus de plaisir et un apprentissage réel.

Tarif spécial de 35$ plutôt que 42$. En final, 4 cours en 2 semaines pour 140$ au lieu de 168$ en apprenant plus.

Apprendre plus? Comment? Pas de procrastination. le prochain cours est après demain alors pas de temps à perdre. Et, la semaine prochaine on fait le CD pour papa maman et les grands parents. C’est ça l’intensif et c’est plaisant en plus…dans un cerveau ouvert.

Jouer avec l’instinct réveillé par le soleil, le dehors et la maturation accélérée de la vie estivale et de la vraie expérience de vie.Image

Inscrivez-vous pendant qu’il y a encore de la place.

Disponible aussi dans le programme famille

La session intensive: cet été, surfez sur « l’état de grâce »

TouchingWater (1)La session intensive pour débutant permet d’apprendre un maximum sans se casser la tête. Ça demande du doigté au professeur et beaucoup d’astuces (que je prend souvent dans la traditions des arts martiaux). On peut apprendre plus en 1 seul mois  que dans une longue période diluée dans la procrastination, la culpabilité (je n’ai pas pratiqué..) la peur du prof et l’oublie. Ce programme permet aussi aux pianistes en « burn out » de restaurer leur amour de jouer ou souvent de découvrir le plaisir de créer, même devant une partition.

  • Intuition, instinct musical
  • l’oreille (le sens #1 en musique)
  • créer l’oreille virtuelle
  • éveiller réflexe musicale
  • accès à la dimension musicale, « universal mind » chez Bill Evans
  • proprioception (perception interne des mouvements) la clé de la virtuosité
  • l’intelligence globale
  • la mémoire (la vraie mémoire)
  • savoir revenir au bon côté du cerveau

Si on a atteint ces buts, « sky is the limit »

Dans tout apprentissage il y a un moment où tout est possible, c’est « la chance du débutant », l’innocence du arthur-rubinstein-19501débutant. Pour moi, en tant que professeur depuis + de 30 ans c’est la période qui permet d’activer les ressources innées de votre cerveau.  Pendant toutes ces années je me suis posé la question: pourquoi c’est facile pour moi alors que pour d’autre cela semble si difficile? Je me suis posé la question toute ma vie. Pour moi, tout était facile en musique alors j’ai cherché des réponses plutôt que de me dire « fuck them ». Je ne me permet jamais de dire qu’un élève n’a pas de talent ou que c’est un con. C’est mon défi, en tant qu’enseignant de trouver le talent et de l’activer. Le professeur qui met la faute sur l’élève n’a pas de talent pour l’enseignement. Il vous détruira ou détruira votre enfant.

Comme professeur, j’essaie de faire durer et de rendre cet état de grâce, la norme.

L’innocence du débutant, c’est ce que l’on retrouve dans tous les jeux que l’on aborde pour la 1ère fois quand le mental est totalement dépassé. L’intuition est une intelligence globale qui prend en compte un grand nombre de variables de façon efficace et ce, inconsciemment. L’intuition fait des synthèses instantanées et agit.

Malheureusement, le modèle éducatif traditionnel ne considère pas cet aspect. Il coupe tout en petits cubes, même ce qui est sphérique. C’est le côté gauche du cerveau alors que la musique est un fait du côté droit: l’artiste. Pourtant, plus tard, quand vous commencerez la méditation, après avoir piétiné pendant des années, c’est ce que vous retrouverez…en partie. Revenez au « programme original »

Imaginez revenir du travail et vous mettre au piano pour jouer votre pièce préférée  et retrouver votre sérénité…. Imaginez jouer une pièce en duo avec votre fils, votre fille, votre amoureux(se).

Le début d’un apprentissage d’une vie. Apprendre la musique est une grande aventure. Certains y plongeront pour la vie. Ne débutez pas en économisant des bouts de chandelles. Vous le regretterez. Quand on commence tout croche, en acceptant qu’il faut jouer un tas de choses hyper ennuyantes pendant des années avant d’avoir « le permis » de jouer ce que vous aimez, la déception ne peut qu’être énorme. Jamais vous n’y arriverez. Combien arrivent à l’écœurement total après 10-15 ans de pratique,  incapable de sortir des cahiers. Quel gaspillage de personne et d’argent. J’en ai vu beaucoup.

Arthur R

Le secret de la « grande main »

Pour certaines personnes, connaître un seul morceau peut être un grand
plaisir. Donnez-vous la permission. Ce que vous avez toujours voulu jouer sans oser le demander? Le bon professeur sait rendre facile ce qui semblait impossible.

…Et tout ça , dans le plaisir, sauf pour ceux qui veulent souffrir. Pour ceux là, ce n’est pas le choix qui manque.  Ne m’appelez-pas si vous voulez un « brain wash ».

Auditions pour le programme jeunes virtuoses

Genest_2006bPour ceux qui veulent un apprentissage intensif, jouer des concerts régulièrement (minimum 4 concerts par année)

Recevez l’enseignement pour devenir pianiste professionnel, enregistrement de CD et techniques d’enregistrement. Aussi utilisation des logiciels de composition. Que vous vouliez jouer Rachmaninov Chopin ou Mozart, Jean Genest peut vous former avec une nouvelle approche inspirée de Chopin lui-même (oui il était un grand pédagogue).

Gestion des émotions et des réalités de la scène. Créativité, interprétation et connaissance de l’histoire et de la théorie de la musique.

Formation complète, 2 cours semaine minimum. Tarif accessible

Prenez rendez-vous pendant les 2 premières  semaines de mars.

Jean Genest (514) 294-1241

Tous âges!

CHOPIN, JAZZMAN, SHAMAN

À VENIR, très bientôt

Au programme: 1er Concerto en mi mineur de Chopin

Achat des billets sur Admission en cliquant ici http://www.admission.com/search.php?tm_link=tm_header_search&language=fr-ca&keyword=Jean+Genest

Chapelle du Bon-Pasteur, Montréal, Jeudi 25 avril 20h

détails sur l’image au bas de l’article, aller directement

Chopin, jazzman, Chopin shaman???

arbreLorsqu’il avait 10 ans,après avoir refusé les cours de piano qui lui étaient offerts, le petit Chopin allait improviser au piano . Le noble où vivait la famille  (Chopin le père est français et précepteur des enfants du comte), ce comte donc, souffrait de douleurs chroniques très pénibles. De son propre aveu, il n’y avait que la musique que le petit Frédéric improvisait les yeux rivés au plafond, qui l’en soulageaient. On voit déjà le talent du futur « barde guérisseur polonais ».

Lorsqu’il a 18 ans, Frédérique compose 2 concertos. Le mouton noir de l’académie de Varsovie, celui qui ne pratique pas ses gammes et qui s’envole dans les improvisations, lance une musique toute à fait nouvelle puisée à même l’âme .  Ce n’est pas une oeuvre académique ni un travail d’écriture  mais ses tripes (et les nôtres) mises en musique. Comment appeler cela? Musique classique? Trop créative, ça ne colle pas à l’oeuvre à mon avis. Bien sûr on l’a catalogué ainsi comme on le fera des musiques des musiciens de jazz que les pianistes classiques du futur répéterons « note-à-note » sans improviser ni donner leur version. Pas comme du jazz.

Chopin est un grand improvisateur qui n’hésite pas à improviser longuement lors des concerts et des soirées où il joue. C’est un phénomène unique dans le monde de la musique même si Czerny conseille d’improviser un prélude avant de jouer une oeuvre importante. Chopin improvise des œuvres importantes.  Lorsqu’il joue, il n’est plus dans notre monde. Heureusement pour nous il avait la capacité des les écrire aussi.

Pratiquement autodidacte (son professeur était violoniste) il explore et réinvente le piano et la technique pianistique (24 études). Voici un encouragement pour tous les autodidactes et moutons noirs du piano. Jouez ce que vous sentez! Vous n’avez aucune permission à demander.

Shaman, Chopin va dans les méandres de la psyché y chercher les clés de la vie et les met en musique. Cette musique qui tantôt apaise, tantôt éveille la rage de vivre qui nous manque trop souvent. Sa musique semble nous dire « LA VIE ET RIEN D’AUTRE »

Comme disait notre grand poète « …je me fous du monde entier, quand Frédérique… » et c’est de Chopin dont il parlait.

Oubliez les clichés classiques. Pour ce qui est de la partition d’orchestre si détestée par bien des musiciens le amenant à dire que Chopin ne savait pas écrire pour l’orchestre, et bien sachez qu’elle est postérieure à la mort du compositeur et est attribué à son élève Auguste Franchomme. Chopin ne l’aurait joué qu’une fois accompagné de son professeur (violoniste) et du professeur de violoncelle à l’académie de Varsovie. Probablement un accompagnement improvisé. Pour ce qui est du concert de Paris, aucune partition n’existe. Lorsque ses élèves jouent le concerto, il improvise un accompagnement. Lui-même le jouait sans orchestre « …à la façon d’une sonate »  (Ewald Zimmerman dans l’édition Henle Verlag urtext). D’ailleurs Chopin demande une atmosphère trop  intime pour s’accommoder d’un orchestre pompeux. La nature qu’il évoque tant au plan physique que métaphysique, constitue l’accompagnement et l’environnement rêvé pour ce voyage intérieur.

Un mot sur le trio me, myself and I

Très jeune, je me suis mis à improviser et à déranger les cours de solfèges du conservatoire. Je pratiquais peu mes gammes, mais je prenais vraiment mon pied à improviser. Bien qu’étant dans une école classique je jouais des deux côtés: classique et jazz.  J’aurai l’honneur d’être un mouton noir à plusieurs points de vue (ce qui n’est pas très apprécié dans un conservatoire) J’aurai un trio jazz puis plus tard un groupe pour jouer dans les bars. J’ai toujours joué de tout (québécois, jazz, pop, classique, contemporain) mais je reviens toujours à Chopin. Ayant fais le tour quelquefois, improvisant, je peux comprendre un peu ce qui se passe dans la tête d’un gars comme Frédérique.

Cliquez l’image pour agrandir

cHOPIN1

Trouver le talent chez l’élève

Trouver le talent chez l'élève

Bien sûr,il ne faut pas toujours se fier à ce qu’on voit. Un tas de facteurs peuvent « cacher » le talent d’un candidat à une audition. L’anxiété, la confiance en soi, l’hyper sensibilité. Pourtant les artistes sont des hypersensibles.
Je dis souvent: « le bon professeur est celui qui trouve le talent chez l’élève et pas celui qui trouve les élèves qui ont du talent ».
Le meilleur professeur est devenu compétent à force de régler des problèmes et de travailler avec des élèves difficiles qui ont des problèmes qui cachent parfois un grand talent.
Le professeur sélectif aura des élèves chez qui les problèmes ont étés réglés par le ou les professeurs précédents. Ceux dont on ne verra pas le nom dans le CV.
Les professeurs qui prennent les débutants, les élèves difficiles et en font des musiciens heureux sont des héros. Ce sont eux les bons professeurs. Dernièrement je travaillais avec une petite élève ayant une facilité extraordinaire, l’élève à laquelle on n’a pas expliquer et je me disais que si je n’avais que des élèves comme elle je serais probablement un professeur médiocre. Je n’ai jamais refusé un défi, que ce soit de « frère Jacques » ou une étude de Chopin.
Il y a une solution à tout les problèmes (physique ou psychologique).

La confiance en soit s’apprend. L’anxiété et le stress se gèrent. Au lieu de les nourrir, le bon professeur les évacueras. Il y a des techniques pour cela et bien sûr, ça ne sert à rien de crier ou de dévaloriser un élève. Il y a des milliers d’enfants et d’adultes qui s’initient à la musique chaque année. Souhaitons que ce sera une expérience agréables pour la plupart d’entre eux.

Jean Genest    (514)294-1241

Bienvenue à tous!

Depliant

Pour beaucoup de gens, le retour à l’école constitue le début des activités scolaires et les cours de toutes sortes. Bien que l’été a été une expérience extraordinaire pour les élèves de piano qui ont pu ainsi  apprendre plusieurs pièces amusantes dans un cerveau « libre », la reprise traditionnelle des cours coïncide très souvent avec les cours de piano. Vous avez manqué l’été, pas de problème.

Il y a des places disponibles pour ceux et celles qui veulent apprendre le piano et la musique d’une façon aussi agréable que complète. Je suggère un départ en douceur avec des pièces qui permettront aux jeunes moins jeunes de relaxer en musique pendant la rentrée.

Avant de faire entrer Beethoven ou Bach ou Henri Mancini (The pink panther) dans votre salon, enlevez toute la pression et improvisez. Je me spécialise depuis longtemps dans la façon d’amener les apprentis pianistes de tous âges dans la dimension musicale  et ça marche à tout coup. Oubliez les clichés « il faut savoir ceci, cela et bien plus avant d’improviser ». Non, on peu improviser avec plus de facilité quand on y connait rien. Croyez-moi. C’est la chance du débutant et, si vous la gardez ensuite, vous deviendrez virtuose. Voilà!

Ensuite quand le chaos de la rentrée est terminé on peut commencer avec les pièces, la lecture, etc. Prochain concert d’élèves à l’halloween

Inscrivez-vous dès maintenant pendant qu’il y a encore de la place.

À bientôt

Jean Genest

(514) 294-1241