Archives de Tag: Ahuntsic

Piano, session intensive

RougeL’été arrive et on a un peu plus de temps pour aller en profondeur. La session intensive, soit 2 cours de 60 minutes par semaine est une formule permettant de faire un grand pas dans l’apprentissage du piano et de la musique.

Un débutant apprendra beaucoup plus en 8 cours sur 4 semaines que sur 8 semaine, Pourquoi? Pas de procrastination possible. Les 1ères semaines sont décisives dans l’apprentissage. C’est à ce moments que l’on met en place les habiletés nécessaires pour jouer et cela doit se faire beaucoup au niveau de l’instinct, l’intuition et les réflexes et ce, avant que le schtroumpf à lunettes se montre le bout du nez (le mental).

Pour le débutant, il est difficile voire impossible de mémoriser le contenu du cours car la mémoire n’est pas encore développée. Le travail et surtout le « momentum »permet de prendre un envol significatif et de vraiment JOUER du piano. Développer l’oreille, la mémoire et apprendre quelques « morceaux » de n’importe lequel style. Voyons voir: classique; 1er prélude du clavier bien tempéré, Pour Élise, ou à l’orgue Toccata et fugue en ré mineur.par exemple. Pop: Color my world, Smoke on the water, Jazz: La panthère rose, Moanin’, take 5 ou Goodbye pork pie hat. Apprendre aussi quelques jeux d’improvisation.

C’est incroyable ce que l’on peut faire en 1 mois.

Élève avancé: Apprenez à supporter la pression, faites parler la partition. Retrouvez le sens de la musique et votre motivation originale par la même occasion. Aussi, enregistrez un CD et apprenez à le faire par vous même.

Venez voir ce que vous pouvez apprendre en 1 mois au piano vous serez surpris!

Jean Genest

Jean_Genest

Le programme famille pour débuter du bon pied et de la bonne neurone

famllComment aborder le piano avec ses enfant ou même avant leur arrivée? Il peut coûter cher de faire apprendre le piano aux enfants pour souvent un intérêt mitigé voire même une indifférence absolue. Il y a même des cas où après des milliers de $$$$ l’enfant avoue détester le piano (ou le prof). Parfois, les parents sont démunis à savoir comment faire fructifier les cours; pas de pratique à la maison, pas de musique pas de plaisir. C’est pour cette raison que j’ai créé le programme famille où tous sont appelés à participer. L’enfant croit souvent être le seul au monde à jouer du piano. Il se sent anormal et s’il est le seul à la maison c’est pire. Bien sûr, si votre garçon et souvent surtout, votre fille demande en bas âge demande à apprendre le piano,il faut lui en offrir la possibilité. En participant au programme famille, vous apprenez des jeux et des pièces qui vous permettrons de le suivre et de participer à son apprentissage et son épanouissement. Ça représente un grand plaisir! Jouer un morceau avec maman ou papa. Se lancer dans un tango ou un blues. Attaquer une symphonie à 4 mains. Un avantage du programme est que le parent ne retient pas les mêmes choses que l’enfant ce qui consolide la mémorisation et la compréhension des pièces. Imaginez les soirées de musique en famille plutôt que les soirées chacun pour soi sur le Ipod ou l’ordi… La musique est un outil formidable pour consolider les liens familiaux. De plus, à travers le programme famille, vous dénicherez facilement lequel de vos jeunes et moins jeunes à la piqûre et vous sauverez une petite fortune. Jean Genest enseigne aux jeunes de tous âges (de 4 à 85 ans) depuis plus de 30 ans dans le respect des goûts et de la personne. Dans la simplicité et le plaisir. Pour lui, rien ne vous est impossible si vous aimez une pièce ou une oeuvre. Beattles, Mozart, Chopin, Stravinsky, Deep purple, Billy Joel, Elton John ou les grands du jazz, il vous ouvrira toute grande pianosnoopyla porte et vous y accompagnera. En couple de jeune amoureux, jouer un tango ou un blues est une excellente façon de se connaître et par la suite en jouant ensemble pour bébé, vous le préparerez à y plonger lui-même. L’impro et la musique pour piano sont aussi des excellents outils pour relaxer et s’énergiser pendant une grossesse et après l’accouchement. Seul ou en duo vous êtes les bienvenu(e)s

La musique dans la quarantaine

Souvent, après la vie de famille, on se retrouve déconnecté de soi. Pendant longtemps on était absorbé par les responsabilités familiales et soudain, les enfants partent pour les études, pour leur propre vie et le parent se retrouve seul et plus souvent seule. C’est alors souvent la crise de la quarantaine. On s’est donné, on s’est parfois perdu. Vous avez parfois même l’impression d’être comme le vieux sofa qu’on va remplacer bientôt.  Comme disent les anglais « Heeeeeeeeeee! »

C’est à ce moment que la musique peut devenir une alliée précieuse. Elle permet de renouer avec la créativité et la sensibilité qui était présente dans l’enfance et la vie de jeune adulte. En d’autres mots, elle permet de
se retrouver.

On ne parle pas ici de préparer une carrière mais de se ressourcer. Oubliez donc les gammes et pensez à la musique que vous aimez. Vous écriviez des poèmes étant jeune (vous l’êtes toujours). Retrouvez-les et mettez
les en musique avec l’aide d’un professeur ouvert d’esprit et non quelqu’un qui est prisonnier des règle de la composition classique.
60 ans de musiques pop et plus encore jazz représentent une banque extraordinaire de vocabulaire harmonique,
rythmique et mélodique. Bien sûr le langage classique et romantique sont riches aussi. « Sky is the limit ».

Vous adorez le jazz? Alors plongez-y!
Chopin et Mozart vous fascinent, n’hésitez plus!

Retrouvez ce que vous avez toujours rêvé de jouer sans même oser y penser

Ainsi vous aurez la chance de faire une introspection dans le plaisir de créer sans tomber dans la dépression de la quarantaine. Alors, allez fouiller dans vos tiroirs pour trouver vos futures compositions.

Faites-vous donc plaisir! …et donnez-moi un coup-de-fil

Jean Genest (514) 294-1241

 

Le trouble de l’attention TDAH

Visitez Tai ji en liberté Montréal

Avez-vous des difficultés à vous concentrer, de la procrastination, voire le TDAH? Dans ces cas, on fait souvent le lien avec un déficit en dopamine. Avant de vous précipiter sur le ritalin, jetez un coup-d’oeil sur ceci.

On utilise souvent l’expression « avoir du gut’s », ou « en avoir dans le ventre ». On parle aussi d’ « y mettre ses trippes ». Saviez-vous que 90% de la dopamine du corps est produite au niveau du cerveau entérique. Ce cerveau, aussi appellé « gut’s brain », est un groupe de neurones autonomes qui ne se situent pas dans la boîte crânienne mais dans l’abdomen. Cette zone qu’on appelle « dan tien » dans les arts martiaux est la clé de tout les systèmes. Les 2 pôles des arts martiaux sont l’interne et l’externe. En externe on développe les mouvements, la force et la souplesse musculaire. En interne on travail au niveau de l’énergie (Qi)  de la concentration et de la méditation.

Alors, si vous avez des problèmes de concentration vous pourriez essayer un peu de nei gong  (travail interne de l’énergie, méditation taoïste). Le nei gong le travail gardé très longtemps secret dans les enseignements. Ce travail ouvre les portes sur une façon de fonctionner en harmonie avec soi-même. Enfin!

Pour avoir du « guts »

Jean GenestJean_Genest

Visitez Tai ji en liberté Montréal