Archives de Catégorie: improvisation

Se libérer de l’emprise du mental en abordant une nouvelle façon d’apprendre

Résultats de recherche d'images pour « franz liszt chopin »Dans le travail traditionnel du piano on met beaucoup l’accent sur le contrôle conscient. Le résultat est un jeu hésitant et un plafond de verre  limitant la virtuosité. Ce contrôle conscient ne peut jamais atteindre la vague visée.

Rappelez-vous les ordinateurs avec une mémoire vive limitée. On attendais parfois très longtemps pour une opération simple. Les données venaient du disque (floppy) ou du disque dur  pour «embouteiller» la mémoire RAM. Parfois, le simple fonctionnement d’applications en arrière venait tout bloquer. Il y avait toujours des «glitch».

Rappelons-nous aussi des virtuoses comme Horowitz ou Rubenstein. Tout semblait se faire sans effort. Puis il y a eu Glenn Gould et jeu un très «control freak» où chaque note était contrôlée. Les yeux étaient fixés sur le clavier.

Il faut dire que Glenn Gould était la réponse nécéssaire aux abus des pianistes à la mode comme Liberace. Il a remit les horloges à l’heure. À mon avis Gould était un autiste de haut niveau, très probablement  Asperger comme Einstein mais ce n’est probablement pas votre cas bien qu’on en voit des petits pianistes qui se mettent au piano et jouent comme si ils en avaient joué toute leur vie «antérieure». J’ai eu une élève comme ça. Elle était extraordinaire dans son monde.

Les pianistes connaissent ce phénomène où plus on répète plus ça se gâte. On en perd toute spontanéité et on fait des erreurs qu’on ne faisaient pas auparavant. On se retrouve dans un labyrinthe pour certains infernal où on perd toute motivation et au fil des années, le goût de jouer disparaît laissant place à un réel «burn-out» musical. Ceux qui éclatent en sanglot en s’asseyant au piano le savent bien.

Pour aller dans l’autre direction ce que je suggère avant qu’il ne soit trop tard:

  • faire une rotation des pièces de votre programme et pas plus de 5 à 6 sessions de travail sur une oeuvre. Pas plus d’une heure dans une «pratique». Lisez d’autres œuvres, improvisez. Bach, Chopin et Liszt le faisait. Ils jouaient aussi beaucoup «à l’oreille» pourquoi pas VOUS? Vous n’en avez pas besoin, vous? Pourtant dans l’approche traditionnelle j’ai souvent entendu «pas capable» de jouer à l’oreille.
  • revenir après quelques jours alors que la poussière de l’agitation du mental se soit déposée. Comme un redémarrage de l’ordi pour faire oublier les fichiers «installation» après avoir installé un logiciel.
  • Le jeu de virtuosité vient de L’inconscient qui gère des milliers d’éléments
  • Jouer l’oeuvre avec cœur et expression. Beaucoup de professeurs vous mettent en garde contre le plaisir de jouer. JOUEZ! Prenez votre pied. 30% du temps de pratique. Vous ne «briserez» pas vos morceaux.
  • Développez le côté créatif car vous découvrirez qu’un dialogue s’établit avec l’oeuvre
  • Les parties techniquement difficiles voire même impossible doivent êtres travaillées par petites périodes mais fréquemment. Travaillez et laissez le travail du cerveau se faire en arrière plan. Le solutions vous apparaîtrons parfois entre les pratiques.
  • Gardez du recul.
  • Lorsque vous jouez, ayez une vision poétique des choses, des images, des impressions. Tout ce qui est rationnel provoquera un désastre.
  • Après un mois de travail, amorcez un nouveau projet et prenez un mois de recul. Quand vous y reviendrez, beaucoup de choses difficiles e feront avec facilité.  Pour certaines…cherchez un meilleurs maître.
  • Quand j’ai joué «Petrouchka» mon professeur de maîtrise n’a même pas regardé la partition de son côté pour prévoir des solutions. Pourtant chaque ligne de «Petrouchka» est impossible et on doit littéralement réinventer la technique pianistique. J’y suis arrivé seul, par mes propres moyens.
  • Certain professeurs comme par exemple Nathalie Pépin à l’université de Montréal, rouvrait une partition pourtant enseignée depuis des années s afin de se rafraîchir la mémoire quand aux solution à des traits problématiques. Certains ne se donnent pas cette peine. Mme Pépin a formé un grand nombre de pianiste au Québec pendant une longue carrière.
  • Jouez beaucoup de mémoire en laissant faire avec «laisser aller» Ce que les «bons» vous reprocheront.
  • Ne regardez pas vos doigts. Afin de se situer sur le clavier vous n’avez qu’à entrevoir les touches noires (que vous essayez peut-être de ne pas voir) Toutes les touches blanche sont identiques.
  • Faites diversion en chantant ou parlant en jouant. Franz Liszt lisait des œuvres littéraires en «pratiquant». Il faut que Liszt répétait parfois 10 heures dans une journée.
  • Chopin qui a eu une carrière très active dans l’enseignement interdisait de travailler plus de 2 heures. Chopin/Liszt des amis très proches mais très différents. La pédagogie de Liszt a connu un rayonnement mondial tandis que Chopin formait aussi beaucoup de virtuoses mais, ses élèves étaient de las noblesse et ne devaient pas mener pas une carrière professionnelle.
  • la répétition mécanique tend à abrutir et désensibilise
  • Écoutez des bonnes versions. Choisissez car il y a des horreurs sur youtube mais aussi des chefs-d’œuvres. Faites votre choix. Les versions orchestrales vous donneront de la perspective.
  • Si vous répétez, faites le comme si vous dégustiez quelques chose délicieux, un grand cru par exemple. Pour mieux goûter.
  • La relation du pianiste avec une oeuvre est très proche d’un grand amour. Un travail créatif et artistique fait produire de la «phénylethylamine», le neuro chimique responsable du coup de foudre et du début du grand amour. Celui qui rend «gaga». Durée de 6 mois à 2 ans. Mais je dirais 2 mois en musique.
  • Les endorphines, aussi produite dans le jeu du pianiste en font un amour durable.

boyOn est bien loin du «burn-out» musical, du sacrifice de sueur et de sang et du désespoir de l’artiste si fascinant et poétique pour la plupart des amateurs de musique classique. J’espère que ce n’est pas ce que vous voulez pour votre enfant. Faites votre choix

Bien sûr, il serait plus facile pour vous d’y arriver en venant me voir pour des leçons, car il n’y a pas beaucoup de professeurs qui naviguent comme ça, à contre courant.

 

rage

 

Jean Genest, maître (U de M, 1992)

Piedmont, 2019

 

Marie Noël pour Noël

Portait de Marie NOËLQuelle belle chanson: paroles de Claude Gauthier musique de Robert Charlebois.

Dans la version de Gauthier (aussi «Le plus beau voyage») on est en fa majeur. 

Écoutez bien, la mélodie se construit sur l’accord de FA. Sur les notes fa-la-do «renversé» donc

Do-fa-la-ré do-do#-ré mi    fa fa,     fa-fa

Quand décembre revient…

(le ré est une belle échappée qui donne la beauté d’une mélodie si simple la suite est assez simple et le do# vient faire une belle surprise).

Maintenant que vous êtes sur la piste, cherchez. Écoutez comme si vous regardiez un objet que vous voulez dessiner, c’est si simple…

à l’accompagnement on descend la gamme de fa majeur

Fa_quand décembre revient/mi____ré_____do____Sib____la____sol____do et reprise identique jusqu’à la Sol_do_fa_la 2 notes ajoutées pour passer au refrain.

marie Noël Réb marie Noël C petite fille B joujou fragile Sib 

Je vous laisse trouver le reste.. quand même, vous êtes pas des bébés

Je vous donne le minimum en vous indiquant la ligne mélodique et la ligne de basse.

Maintenant, comme pour le coloriage, mettez les couleurs entre les lignes.

N’ayez pas peur vous pouvez dépasser les lignes

Ici vous verrez si vous êtes prêt pour la liberté. Sautez du nid.

Si vous aimez ce que vous faite, ça a beaucoup de chances d’être bon

Description de cette image, également commentée ci-après

D’une grande simplicité, cette chanson très intime est aussi chantée par Charlebois et Isabelle Boulay.

La chanson fait-elle allusion à Marie Noël (Marie Rouget)?

Marie a composée beaucoup de poèmes. Allez les lires, ils sont très beau et touchants. Ça vaut la peine d’aller voir qui est cette Marie Noël décédée en 1967

Écrire ce petit article m’a amené à connaître Marie Rouget, un poétesse prolifique et pleine d’amour, je ne fais que commencer à la découvrir. Vous pouvez lire ICI ses correspondances où on découvre son attachement tourmenté à la religion.

QUELLE BELLE FEMME !

…et il est si agréable de se saouler de cette chanson avec ou sans petit «drink» en sachant se qui se cache peut-être derrière une chanson si simple

Joyeux Noël et PAIX sur TERRE

 

La musique pour l’enfant intérieur

tigronneOn naît tous avec des trésors en nous. Le premier étant la vie. Mais nous avons un héritage génétique qui nous fourni des outils extraordinaire pour grandir et être heureux.

La MUSIQUE est un trésor. C’est un outil de croissance, de créativité et de BONHEUR. Elle développe votre intelligence, votre motricité. On pourrait écrire tout un livre sur ses bienfaits. Elle crée un lien entre le réel et l’imaginaire. Elle nous transmet des message de notre subconscient. Il est essentiel à la survie de votre enfant intérieur, celui qui peut avoir du plaisir à l’infini sans faire de mal.

On peut devenir un virtuose extraordinaire sans souffrance. Pourtant beaucoup croient que la souffrance est le prix à payer. Je vous assure que NON. Le plaisir est le signe que l’apprentissage est positif. La souffrance…est signe que vous vous dirigez vers l’échec.

Oui on peut aller très loin en musique en ayant beaucoup enfantsde plaisir. Il y a tant de belle musique, de musique plaisante à jouer. Vous ne pourriez même pas tout jouer dans une vie.

On peut aussi apprendre à jouer du piano pour intégrer la musique à sa vie. Pour avoir une hygiène de vie psychologique. On peut jouer des pièces thérapeutique si on a prit des mauvais chemins et revenir dans un espace de vie positif et agréable. La musique peut apporter la joie.

La pratique créative de la musique permet une croissance saine de l’enfant qui sera en vous toute votre vie. Les gens autour de vous apprécieront cette facette de votre personnalité et ils rechercheront votre présence. Chez une personne âgée, la musique entretient la jeunesse intérieure, ce qui est essentiel à la santé et la jeunesse physique. Jouer Mozart (je conseille les pièces en La  et Mib majeur qui ouvrent à la confidence et les œuvres en tons mineurs chez la plupart des compositeurs)  ou Chopin (tout est bon mais ne faites pas d’«overdose». Quand une pièce a fait son travail, passez à une autre. C’est à dire, si vous êtes nostalgique, jouer une pièce nostalgique est bénéfique mais il vient un moment où on n’en a plus besoin. Variez selon votre humeur amis aussi selon ce que vous voulez. Jouez des pièces stimulantes, nourrissantes.

Le Jazz restaure et nourrit l’énergie intérieure. J’ai composé un blues très simple qui permet à mon avis de recharger vos batteries. Petits maux ou cancer, la musique est un gros PLUS. La catharsis, l’expression des émotions à travers la musique purifie nos organes et restaure l’intelligence intérieure.

Je sens quand un petit ou un adulte vit des choses difficiles. La connexion de ses émotions dans la musique a un effet extraordinaire. Ça peut faire une énorme différence.

À tout âge, le piano est bénéfique, pour le développement, la santé, l’équilibre et le bien-être. Pour en faire une carrière, il doit faire votre bonheur

Un prélude de Bach (qui devient «Ave Maria» pour beaucoup) ou la berceuse deBilly Joël   que vous ayez 6 ans ou 86 ans, vous sentirez l’effet. La perfection n’a rien a voir avec tout ça.  Plus on approche de la perfection plus on se brûle les ailes. Rappelez-vous Icare. Jouez, jouez et soyez imparfait, mais vivez.5699065ef9c5d4aa7758b28817347f32

Bien-sûr, l’approche créative est essentielle. Vous sentirez la bonté qui habite un professeur et évitez le professeur amer qui vous fera souffrir car la souffrance n’amène que la souffrance et est contagieuse.

Le BONHEUR aussi est contagieux

 

Jean Genest enseigne le piano et la clarinette depuis 1979 et enseigne toujours dans une optique jeune en restant ouvert aux nouvelles musiques et aux nouvelles technologies.

 

 

«Pianisme» et chamanisme

Devenir pianiste est l’affaire d’une vie.$_59 (5) Ça débute le jour où vous le rencontrez cet ami, ce confident, «l’instrument», qui code vos secrets pour les transmettre dans ce langage qui peut être compris seulement par l’âme et ceux qui nourrissent leur propre âme ou par les âmes affamées par la vie.

Être pianiste c’est être bâtisseur de ponts entre deux dimensions et entre les âme entres-elles.
Que l’on chante, joue du tambour ou du piano, un chant à la terre ou «You’ve got a friend», joue «Giant Steps» au saxo ou la Sonate de Franz Liszt au piano, c’est à l’univers qu’on s’adresse, l’univers en nous et en vous, autour et alentour.

C’est une base du chamanisme, nous faisons partie d’un TOUT, in/out et yin/yang, obscur/lumineux, physique/métaphysique. Le monde des «vivants» et celui des esprits.

Méta signifie «autour du» et cet autour est extérieur et intérieur (peut-être encore plus vaste mais peu connu voire interdit et contrôlé sévèrement par le civilisé).

C’est Gaïa, Pachamama et ce qui précède le monothéisme, la pensée unique, l’esprit sans l’âme. Comme les chamans depuis des millénaires (100,00 ans et plus et plutôt néandertalien que sapiens) les grands compositeurs connaissaient les fonctions physiques et métaphysiques des sons. Le cerveau de sapiens, le nôtre principalement est plus petit et moins équipé pour le voyage intérieur. Notre ADN occidental  mais aussi oriental recèle 2% à 4% d’héritage néandertalien. On le retrouve au niveau du système immunitaire, la cible des pharmaceutiques…

Les «NOTES» Il y a la terre G et le ciel C#.  = la rotation de la terre 24h et autour du soleil 365 jours. En quelque sorte le «triton» si agréable dans le «blues» et honni dans le classique (diabolus in musicae)

J’utilise les lettres qui datent de Pythagore sont utilisées en pachamamaanglais et en allemand et dans les pays de l’est encore aujourd’hui. Les notes en français sont celle adopté par le catholicisme en l’an mil pas Guido d’Arezzo

Moi je continue la tradition chamanique que Chopin (Mazur) et Liszt (Hun-grois) connaissaient. Beethoven probablement avec «Sonate à la lune» en C# et Ludwig à la croisée des chemins a révélé son «illumination». De là le pouvoir extraordinaire de leur musique.

Mais bien sûr si on ne veut faire  que de la diversion. Si oui, continuez à jouer des beaux morceaux dégriffés.

 

Lire: https://fr.wikipedia.org/wiki/Catharsis

 

«The Great gig in the Sky» L’impro totale et parfaite

Image associéeIl y a quelque chose de parfait dans l’impro, dans le moment, l’instant d’éternité capté. Un moment où le cerveau produit une masse incroyable de neurochimiques naturels qui vous font planer comme vous ne pourrez jamais planer.

Légende ou réalité? «The great gig in the sky»   une impro par Clare Torry pas préparée créée dans l’instant,  improvisée crée l’instant d’éternité.  Elle en reparle en entrevue. Pourtant aussi «great» que l’impro était Clare, elle va toujours être présente sur les disques mais pas très visible. Le disque de Pink floyd ne lui rapportera que quelques centaines de livres alors qu’il  a rapporté une somme astronomique

«The great gig in the sky»,  du disque «The dark side of the moon» un moment que peut-êtreImage associée nous ne revivront peut-être jamais parce que les ’70 sont passées. La libération a été faite et les barreau se sont refermés. Des formations musicales standardisées, visant «l’exécution» parfaite ont remplacé l’expression totale  de la vie. Trop de gammes, trop de métronome. La recherche de la perfection. Mais, l’impro est parfaite, elle l’est.

On demande aux jeunes musiciens d’arriver au but sans faire le voyage, en restant enfermé dans un «cubicule» insonorisé pour préparer un examen. J’y ai goûté dans mon adolescence. Ce n’est pas là qu’on vit «L’Extase Musicale».

Bien sûr, on peut jouer, chanter «the great gig in the sky». On peut répéter, pratiquer et arriver au même résultat aujourd’hui mais, c’est tout faux. L’instant ne sera plus jamais là car on reproduit au lieux de recréer.

Oui, mais c’est frustrant. On répète un Chopin, un Liszt et les gens remarque l’impro. Je l’ai vécu. Au mixage de «Scarbo»  (ici par Martha Argerich) de «Gaspard de la nuit» que j’avait enregistré en concert (1993) un technicien fait intrusion dans la salle de mixage en entendant une Impro que j’avait faite en concert en demandant «C’est quoi ça? C’est génial!» Tellement de travail sur «Scarbo» et mon impro non préparée, totalement spontanée vient chercher ce mec, dans l’autre studio…. C’était une impro sur «La légende de Yakou» que j’avais écrit quelques années plus tôt. J’en fais comme ça tous les jours et j’enseigne l’art de laisser couler la musique.

Merci à  Clare Torry pour ce  miracle que les improvisateurs, les vrais, vivent chaques jours. Vous savez, ça peut se vivre chez Chopin, Keith Jarret ou Liszt (tous grands improvisateurs)…

….et ça dure ensuite pour… des heures d’extase. Croyez-moi. Sinon la vie de musicien serait trop dure pour être vécue.

Spécial Halloween

Image associéeUn accord et une gamme représentent bien l’esprit de l’halloween. L’accord diminué, l’accord «ratatiné» ou l’accord «Crossroad»

On le retrouve à la 2e ligne de la toccata et fugue de Bach  vous le trouverez à 47 sec sur la vidéo.

Prenez le DO# puis en montant 3 demis tons MI et encore, SOL et encore Sib (C#, E, G, Bb*).

Jouez les ensembles. Si vous avez un clavier avec son d’orgue amusez-vous à animerRésultats de recherche d'images pour « crossroad » l’atmosphère pour les enfants qui sonnent chez-vous pour des bonbons.

Vous pouvez le faire sur toutes les notes mais il y en aura toujours que 4 accords en tout. C’est la sorcellerie de la croisée des chemins.

Pour cette accord il y a une gamme si simple qu’elle vous semblera compliquée:

1ton, 1/2 ton, 1 ton, 1/2 ton etc

Vous marchez ainsi sur les  traces (notes) de l’accord diminué. Et, que vous partiez de n’importe quelle note, il n’y a que 3 gammes en tout.

La main blanche, la main noire

Placez les mains une par dessus l’autre et une jouera

Résultats de recherche d'images pour « halloween »

sur les touches blanches et l’autres sur les touches noires en alternant de façon saccadée. Essayez dans le grave, dans le médium et dans l’aiguë. Son utilisé dans les scènes de danger dans le cinéma. Staccato (séparées), jouez de façon percussive et même agressive, sans pédale. Frissons garantis.

* En allemand la note «B» est toujours bémol. Pour jouer Si naturel, une note maudite, il fallait dire «H» en allemand car B devait être bémol pour ne pas appeler le diable en faisant triton, ça permettait de jouer le nom de B-A-C-H en musique. Excellente phrase musicale pour la peur. Mais c’est super cool des tritons pour le blues et le jazz.

Venez me voir et vous apprendrez tous les trucs secret de l’improvisation sans écrit, directement les mains dans la musique, «vos doigts trempent dedans…».

Jean Genest, maître pour tous (514) 434-9016 Piedmont, Laurentides et Montréal

Résultats de recherche d'images pour « tim burton bride corpse »

Être coach par la musique la créativité et le qi gong

casse-tete5Je vous suggère d’écouter cette musique pendant la lecture de l’article. Coach de vie ça peut être beaucoup de chose. Ça peut désigner un aidant qui apporte une attention à une personne relativement désorientée. Un aidant n’est pas un thérapeute. Son rôle n’est pas nécessairement de donner des conseils mais d’écouter de retourner un reflet de la situation d’une personne. Pour la plupart des gens, la vie est un casse tête où l’image est abstraite au départ et, parfois seul l’art peut en faire ressortir le sens.

Un aidant peut être compétent avec un véritable talent d’écoute et un éventail de moyens d’aide et il peut être simplement un «crosseur». Le curé, le barman ou un beau frère peut parfois vous apporter une aide positive. Le barman peut vous dire que vous buvez trop et vous sauver la vie en confisquant vos clés. Nous avons tous des bonnes ou mauvaises expériences d’aidants, de coach. Il y en a des bons et des mauvais, de très mauvais.

On ne se proclame pas coach et à mon avis on ne suit pas une formation de 3 mois pour maxresdefaultêtre certifié coach…d’un produit de santé ou de croissance personnelle ou encore d’une secte religieuse. Devenir coach demande une vie.

Il faut avant tout s’enquérir de la formation et de l’expérience du coach et, parfois vérifier la validité des diplômes.

«A beau mentir qui vient de loin» est souvent pertinent. J’ai vu des CV avec des diplôme qui n’existaient pas, des écoles imaginaires. Si le certificat est en chinois, il est facile aujourd’hui de trouver quelqu’un qui lit la langue pour vérifier. L’institut existe-t’il? Le programme est-il sérieux ou dure-t’il 3 mois.

Je détiens un baccalauréat et une maîtrise en musique. Je joue depuis 50 ans et enseigne depuis 30 ans. Je suis un maître. À travers l’enseignement il me revient souvent bien plus tard que j’ai été une aide importante dans un moment critique. On est toujours content d’avoir gâché un suicide pour un choix meilleur. Il est de plus en plus difficile de trouver un ami qui écoute sans juger. Mais entre ami et thérapie il y a des gens qui peuvent aider car c’est dans leur nature. Bien sûr les différentes niches veulent protéger leur «commerce». Mais pourquoi prendre des pilules si on n’est malades. Pourquoi prendre des drogue quand on est malheureux. Bien sûr, un coach doit savoir référer en cas de besoin.

Je pratique les qi gong et tai ji depuis 25 ans. J’ai eu plusieurs professeurs, des bons et des moins bons. Mais, jamais je ne prétendrai être un maître en tai ji ou en qi gong. Les certificats me font rire car on peut les obtenir dans un temps parfois assez court. Il faut apprendre et pratiquer ces Arts d’abord pour se transformer, pour améliorer l’art de vivre et accéder à une certaine sérénité personnelle sans chercher le profit personnel en manipulant les autres. Lorsqu’on commence à y est arriver on recommence et on approfondit. J’ai appris et pratiqué pendant 20 ans avant de l’enseigner.

Aujourd’hui, je connais des qi gong qui peuvent aider à améliorer la santé et à éviter de descendre la pente du laisser aller. Lâcher prise, peut-être mais, pas laisser aller. Laisser aller mène aux petites crèmes, au problèmes de sommeil, etc, etc.

Combiner la musique 1 ou 2 morceaux significatifs et accessible à des débutants, Bach (Prélude) ou Billy Joel. «My life » ou «Good night my angel»et un «You’ve got a friend» Une musique peut apaiser et amener dans une zone de sérénité qui aide à faire de bons choix. L’écriture (chanson, nouvelle, biographie) aide à faire des bilans et à réaliser que vous êtes moins insignifiant qu’on vous l’a fait croire toute votre vie…Beaucoup redécouvre leur valeur (pas $$) à travers la création.

J’ai eu des maître (André Genest, J. P. Vetter, Carolyn Kenny) qui ont été des gens qui ont donné un sens à ma vie. Mont but est de partager la même qualité d’écoute avec les gens. La même qualité de vie qu’il m’ont transmise.

  • la santé par le qi gong et tai ji (aussi excellent outil d’auto défense et
  • passer de la zone de sécurité à la zone de sérénité
  • Y voir plus clair par l’expression dans un contexte sans jugement
  • la croissances à travers diverses formes de créativité (musique, écriture…)
  • trouver des outils
  • retrouver l’estime de soi

Je n’offre que le meilleurs de moi-même

pachamama

Jean Genest, maître en musique (1992), 25 ans de pratique des qi gong et tai ji, étude et exploration de la psychologie, l’ethnomusicologie, l’anthropologie et la nutrition humaine aussi dans une perspective orientale de la santé. Travail dans une pensée spirituelle personnelle de chacun et laïque.

C’est ainsi que je vois Piedmont, la «Pachamama» et le petit chevreuil que je vois presque tous les jours au pied de la montagne. Un endroit idéal pour trouver la paix et l’harmonie.

jbgenest@yahoo.ca

Piedmont, Laurentides