Archives de Catégorie: fin de vie

Un petit mot

Un des programmes musicaux que j’offre Musique thérapeutique

bio

muse

Publicités

Musique dans les saisons de la vie

maxresdefault

Je joue souvent pour célébrations. Des anniversaires de toutes sortes, des funérailles. La musique tient du sacré quand elle est faite du fond du cœur.

Vous connaissez Merlin, Merlin l’enchanteur. Bien sûr. Mais peu connaissent son ami Elitsin le « barde ». Bien sûr on connait tous Assurancetourix le maladroit barde du village gaulois. Le barde celte était mi-mage mi-musicien.

Elitsin avait un don; lorsqu’il commençait à chanter, accompagné de son instrument, l’audience était prise sous le charme. Les bardes en étaient jaolux. Il faut dire que la naissance du prodige était entouré de mystère.

Elitsin est l’archétype du musicien qui nous amène dans une autre dimension. Une dimension où le temps (pas le beat) n’existe plus. Une dimension d’éternité où on a l’impression d’être immortels.

Einstein disait (en boutade à mon avis) à Yehudi Menuhin après un concert de celui-ci. « maintenant, je sais que Dieu existe »

Le rôle du musicien authentique est de vous transporter dans ce monde, vous donner la sensation d’immortalité.

Alors quand vous voulez de la musique pour accompagner un moment Piano-1000x600important, demandez cet instant d’éternité que seul un musicien de vrai talent peut vous donner.

Sont-ils rares? Vous le reconnaîtrez. Vous oublierez la technique, l’instrument, la perfection, l’esbroufe et la poudre aux yeux et vous ressortirez de l’expérience renouvelé(e).

Pour moi c’est la seule façon de faire et ça me fait tripper depuis longtemps. Surtout depuis que j’ai entendu la 1ère partita de Bach jouée par Paul Bodura Skoda quand j’avais 16 ans. Je n’avais jamais ressenti ça bien que je jouais du piano depuis plus de 10 ans déjà.

Depuis ce temps j’ai cherché ce passage secret. Inutile de chercher à Paris, Vienne ou New-York, dans les grandes écoles. Il est en nous tous, c’est un état « d’être ». On l’atteint par le lâcher prise. Bien sûr, il faut pratiquer des centaines d’heures mais, on le trouve lorsque l’on s’y abandonne et, c’est extraordinaire. Mais on ne l’apprend pas à l’école.

Musique en fin de vie.

Voilà un des plus beau cadeau qu’on l’on puisse faire à une personne en souffrance profonde de fin de vie. Bien sûr la musique a sa vertu de guérison mais la chose essentielle est la connexion qu’elle nous apporte.

La musique peut accompagner les moments de joie, d’amour ou même les funérailles qui, bien qu’un moment empreint de tristesse, nous amènent à célébrer l’amour pour la personne qui nous a quitté. Vivre le deuil dans la sérénité est une grande émotion de gratitude et d’acceptation. Rappelez-vous comment on se sent petit sous un ciel étoilé. La perspective est différente.

La musique apporte ce vertige, cette perspective « d’infinuitée ». Les « nocturnes » de Chopin conviennent parfaitement. Chopin était un pianiste connecté à l’infini et un improvisateur extraordinaire. Où croyez-vous qu’il allait chercher sa musique? Mozart avait aussi cette capacité. Certains Beethoven, Gershwin…l’ont eu aussi par intermittence  et nous ont laissé un héritage extraordinaire. D’autres agençaient des notes qui donnaient souvent un « joli » résultat, de charmantes mélodies.

Le musicien ne peut pas se contenter de jouer les notes, il doit accéder à la dimension musicale. Mais ici même, ils se demanderont de quoi je parle. Tous n’ont pas la vision d’un Bill Evans ou d’un Keith Jarret mais pourquoi ne pas chercher. Mais chercher quoi diront-ils.

Alors je continu à jouer pour les événements jbgenestimportants, pour vous faire sentir le parfum de l’éternité afin de mieux vivre.

J’en retire un plaisir très profond que je vous souhaite.

Jean Genest, musique pour les saisons de la vie. Appelez-moi et vous verrez.

(514) 294-1241

jbgenest@yahoo.ca