Réinventer le« concert»

5699065ef9c5d4aa7758b28817347f32Depuis toujours j’ai désiré réinventer le contexte dans lequel la musique est présentée. Déjà à 18 ans, je voulais animer mes concerts ce qui était reçu plutôt négativement dans un milieu très conservateur.

D’un autre côté, si j’adore jouer la musique, les prestations musicales m’ennuient beaucoup et je  sais que je ne suis peut-être pas le seul.

Mon but est de vous faire vivre une expérience «esthétique» hors du temps et de l’espace et même nous faire oublier au profit de la musique.

Je vous parlerai de l’éclairage, le cadre. Qu’est-ce qui a motivé le compositeur et a provoqué la genèse de l’oeuvre et nourrit sa créativité. Beaucoup des ces choses sont absentes dans la formation du musicien moderne.

Par exemple, je prend Debussy dont l’oeuvre fait partie de notre prochain programme e concert: La première Rhapsodie pour clarinette et piano. Il semble que Debussy rêvait de voyage. Il n’avait pas les moyens de se le permettre alors, il rêvait. Les pays lointains et mystérieux. L’orient, qu’il découvre à l’exposition universelle. L’occident «Ce que ramène le vent de l’ouest» on découvre peu à peu les merveilles de l’Amérique du nord et surtout sud. C’est là que me transporte cette rhapsodie. L’aspect merveilleux et magique des choses ne laisse pas Debussy  indifférent. L’aspect métaphysique des choses, le chamanisme exerce sur lui un magnétisme puissant. La transe est pour beaucoup de compositeur une amie chère. Ils la vivent à leur manière et la recherche.

La transe on la reconnait dans cette oeuvre et connaître le phénomène apporte beaucoup à l’interprétation. La musique appartient aussi à l’autre dimension  bien qu’on a tendance à l’oublier. La musique possède sa part de chamanisme.

Interpréter veut dire aussi comprendre l’instrumentation. Bruno Biot (U. Laval) me disait «quand tu joue de la musique pour piano de Beethoven, pense que tu joue avec un orchestre». Beaucoup de musiciens trouvent cela ridicule mais j’ai accepté de l’essayer et le piano prend une toute autre dimension. La palette de couleur s’élargit.

Et si on disait, quand Beethoven ou Debussy ou Stravinsky composait pour orchestre, c’était une réduction des sons de l’univers… Parce que le compositeur, il entend ça lui le son de l’univers, de la mer, de la brume.

N’entendez-vous pas les feuillages dans les cordes de Mozart, les nuages ou la lumière chez Beethoven, l’odeur du dégel dans «Le sacre du printemps».

Chez Debussy, le battement d’aile du papillon, les esprits de l’Amazonie encore inviolée parcouru par cette vie extraordinaire, ces animaux, ces insectes, ces reptiles mais aussi cette végétation d’une incroyable générosité. Je l’entend dans «Ce que le vent d’ouest à rapporté». De même je l’entend dans la Rhapsodie.

Debussy avait lu avec passion «Le jardin du paradis» un conte d’Andersen. Qui a le temps aujourd’hui de lire ces vieux trucs? Moi, mais je suis moi-même un Vignette de Bertallvieux truc, n’est-ce pas? Quand on voit les récits d’explorateurs dont se régalaient les jeunes artistes de l’époque, on peut commencer à comprendre qu’est-ce qui nourrissait l’imaginaire d’un Debussy, d’un Stravinsky. Aujourd’hui on regarde un film et hop, c’est fait. Le travail intérieur n’a pas le temps de se faire et voilà un nouveau film.

Ce que je veux dire, c’est que l’interprète doit faire ce cheminement avec ce que peut apporter un documentaire du «National Geographic» en plus MAIS, il peut donner l’occasion au public  de vivre cette expérience dépaysante et regénératrice. C’est pour cette raison que je crée ce conte «L’Odyssée de Zorra» Un conte pour adultes car trop long et complexe pour un enfant mais actuel pour l’adulte. Bon, je  reverrai peut-être cette idée plus tard ou allégerai peut être le programme.

Odyssée, j’en viens à Homère avec son Ulysse que d’autres appellent «Odyssea, Ὀδυσσεύς / Odusseús». Une Odyssée se déroule sur une longue période d’une vie. Ulysse prend 20 longues années d’errance à retrouver sa terre et sa maison. Il est parti bien avant pour le siège de Troie, il y a eu l’Iliade.

Zorra en mettra autant. Son Odyssée se fera de la naissance et la découverte de la musique, en passant pas l’exile jusqu’à son retour pour regagner ce qui appartient depuis toujours, sa vie. Quarante années où elle devra faire face à des monstres de la vie ordinaire pour accéder à une vie extraordinaire.

Certain d’entre-nous s’avouent vaincus au premier round. Certains se relèvent tant bien que mal pour survivre. Mais pour certain, survivre n’est pas assez. Ils se relèvent et reprennent le combat. Ou bien, ils apprennent  de leur échec et deviennent plus forts. C’est la voie du héro que j’avais présenté dans ma conférence sur Chopin et son 1er Concerto.

Zorra (petite renarde) débute sa vie comme un petit bout de fille déterminée. Déterminée à trouver le chant de la forêt et le semer à tout vent et, comme kokopelli, pollèniser les cœurs. Pour cela elle fera l’apprentissage de la clarinette «la clarinote» comme le dit la petite fille 6 ans. De 6 ans elle grandira en suivant son idéal. À presque 20 ans, elle est forcée à l’exil et, comme Ullysse, elle fera un bien beau voyage pour revenir confronter son monstre.

Mais Zorra c’est Ulysse au féminin, c’est vous qui devez relever les défis ou apprendre à vous relever vous-même et retourner dans la vie pour aller plus loin.

À travers la narration de l’Odyssée vous entendrez la genèse de Zorra à travers Copland, des musiques traditionnelles colombiennes, Zorra «on the road» un peu de folk américain, la musique moderne jazzy et teinté de couleurs sud américaine de Leonard Bernstein. Le voyage vous amènera à Paris avec Poulenc,  à Buenos Aires avec Piazzola et la mythique Machu Pichu avec Debussy. Pour finir et retourner dans la montagne de Colombie avec ?Mozart? OUI!

Pour moi, voilà ce que signifie réinventer le concert: en faire une expérience musicale, créative, profondément touchante et même mystique qui vous donnera envie de relever les défis de la vie.

Bientôt,

L’Odyssée de Zorra,

Lucia Sanchez, CLarinette

Jean Genest Piano, conception, textes et réalisation

Voix de Zorra : à déterminer

Musiques de Colombie, Bruce Cockburn

Poulenc, Bernstein, Debussy, Piazzolla et Mozart

Pour connaitre les dates et lieux joignez le groupe Le duo Jean & Lucia

https://www.facebook.com/groups/137478150292868/

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s