Noël au PIANO, le moment parfait pour développer l’oreille

christmas-piano-adobestock

Beaucoup de gens possèdent un piano ou un clavier à la maison et ne savent pas quoi en faire. Ils se disent qu’un jour ils apprendront mais ils voient ça comme un gros défi, de la discipline et…il faut le talent.

Arrêtez de vous faire des peurs. Jouer du piano c’est simple et facile en autant que vous ne vous «enfargez-pas dans les fleurs du tapis». Quelques cours et vous pourrez déjà jouer un tas de choses car vous saurez «comment essayer». Il y a des sports plus dangereux. 

La période des fête est idéale pour commencer le piano. Il y a des moments calmes qui s’y prêtent mais surtout, on connait tous les airs de Noël. C’est donc idéal pour apprendre à jouer à l’oreille. Certains diront que ce n’est pas la vrai façon de jouer du piano, ils se trompent. L’oreille doit précéder la lecture. La lecture devient alors facile car combinée à l’oreille.

C’est aussi plus sain que l’écran de l’ordinateur et ça donnera de l’atmosphère. Vous n’aurez pas à sortir de force une petit «zombie» de sa chambre pour venir célébrer en famille. Un jeune est plus fière de partager avec ce morceau qu’il a choisi et pratiqué dans le plaisir qu’un obscur morceau en do majeur , 4 temps sortit des boules à mites. De plus, on peut voir le jeu du piano comme un jeu vidéo. Imaginez-y des bonhommes, une histoire, le père noël en traîneau qui rebondit sur les nuages (syncopes). Il faut mettre des images, être créatif.

C’est vous qui créez l’action, pas le jeu vidéo. De plus on apprend à se programmer soi-même. Le réflexe d’improviser ou de jouer à l’oreille c’est  l’action-réaction super  stimulant.

Que ce soit le Noël de John Lennon ou Santa Baby, la promenade en traîneau, le petit rêne au nez rouge ou «Jingle Bells», «White Christmas, la compagnie créole ou la pièce de Noël à la mode, ce n’est jamais très compliqué si le professeur sait la présenter et l’arranger sans enlever la saveur, le piquant, le petit triton ou sait comment vous faire jouer les syncopes. Il n’est pas bon de rendre les choses trop faciles. Les élèves ont besoin de défi, ça les stimule. Le «stride» ( genre «ragtime) est excellent pour développer la mobilité et intégrer le clavier et mettre du rythme. Les syncopes stimulent et sont très «énergisantes»

Je trouve désolant de voir comment les pièces sont arrangées dans les cahiers. En voulant faire simple on enlève tout ce qui est amusant. La tradition orale existe depuis des …millénaires. C’est au professeur de rendre cela simple.  J’ai toujours lu la musique et je j’ai toujours joué à l’oreille aussi. C’est tellement simple, il faut juste essayer. C’est une question de doigté, d’expérience chez le professeur.

Je devais avoir 11 ans quand j’ai commencé à jouer à l’oreille. Je ne l’ai pas appris, je l’ai fais. La voisine avait un piano et m’a demandé de lui jouer des morceaux. Elle me disait un titre ou chantait l’air. «Love story» ou le «Concerto» de Tchaïkovski. Je reconnaissais l’air et je jouais. L’arrangement se faisait spontanément. J’avais cette chance de ne jamais me demander si j’étais capable. Je le faisais, c’est tout.

J’ai connu peu de pianistes qui le faisaient. Il disaient immédiatement «pas capable» sansNoel A même essayer. Une chance que je ne me suis pas posé cette question.Depuis 40 ans j’ai chercher à trouver comment le faire faire à mes élèves et ça marche pas mal. De même que l’accompagnement. Il faut réussir à créer cet état où l’élève laisse aller ses doigts qui trouvent les notes d’eux-même. 

Bien sûr il y a des trucs, mes trucs secrets que je ne donne qu’à mes élèves.

Alors, je vous invite pour Noël à découvrir ce monde magique du piano à travers toutes ces pièces lumineuses que sont les musique de Noël.

2 réponses à “Noël au PIANO, le moment parfait pour développer l’oreille

  1. Christophe Bretelle

    Bonjour Vous n’avez pas écrit une méthode en dehors des 12 jeux d’improvisation que j’ai déjà ? Cordialement. Christophe Bretelle

    Envoyé de mon iPhone

    >

    • Question intéressante. Dans mes années d’expérience chaque jour on doit«créer»une méthode une façon de transmettre et de faire vivre l’expérience. Les 12 jeux sont une méthode écrite une méthode livre qui donne certaines façon de faire l’improvisation. J’en ajoute tous les jours. J’ai des dizaines de méthodes pour apprendre des morceaux. Il faut comprendre qu’un livre ne remplacera jamais un professeur . Tout ça est complexe et il est facile de passer complètement à côté. Aucune méthode ne vaut le «maître». Le maître est celui qui comprend les subtilités et les choses inconsciente de l«apprentis». En une heure avec moi vous dépasserez de beaucoup le livre et j’inventerai des jeux sur mesure. Non, je n’écrirai jamais tout mes méthodes et elles seront perdues avec moi. Seuls mes élèves pourraient transmettre ces méthodes. Comme pour la méthode de Chopin, les nombrables élèves de Liszt. La méthode n’est pas le livre. Le prof est la méthode.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s