L’importance de l’expérience

À quoi peut ressembler l’expérience chez un professeur de piano?
Dans une époque où on valorise la jeunesse et la nouveauté on oublie souvent ce que l’expérience de scène et l’expérience d’enseignement peut apporter aux élèves.
 
Pour ma part j’ai eu plus de professeurs âgés que de jeunes. Les jeunes faisaient beaucoup de gaffes. Ils induisaient des blocages sans s’en rendre compte. De ces jeunes professeurs peu se questionnaient sur leur approche car ils étaient déjà parfaits mais laissaient dans leur sillage des élèves brisés. Bien sûr, les erreurs deviennent l’expérience si le professeur se questionne et apprend de ses erreurs.
 
Avec les années d’enseignement j’en suis venu à détecter la stratégie bonne ou mauvaise utilisé inconsciemment par les jeunes pianistes. En premier lieu: orientation des yeux.
 
Regarder les doigts est une stratégie perdante pour une simple raison. La vision est lente et n’est pas le sens qui amène à la virtuosité. En fait, c’est la proprioception qui amène à ce type de jeu. Quand un élève est à son meilleur, il ne regarde pas ses doigts mais plutôt l’espace devant lui en regardant un peu plus haut. C’est là qu’il voit «intérieurement» la musique.
L’emplacement des notes ne changent jamais. Le cerveau a vite intégré le clavier. Lorsqu’il revient aux yeux, il perd ses moyen.
C’est aussi je que j’observe chez les ingénieurs habitués à utiliser le côté droit de leur cerveau. L’ingénieur planifie mais n’est pas l’exécutant. Au piano, il doit apprendre à lâcher prise et c’est là un défi que le professeur d’expérience peut relever.
Il ne s’agit pas de mettre de la pression, au contraire. Il faut le détendre, faire diversion. Il faut surtout l’arrêter de jouer lorsqu’il utilise une mauvaise stratégie  pour éviter qu’il se crée une «ornière» qui va devenir façon par défaut de jouer. Il faut le ramener à l’instinct et au côté droit du cerveau.
Faites ce petit test pour savoir quel est votre hémisphère dominant.  Sens horaire, côté droit, sens anti-horaire côté gauche. Si l’image change de direction, vous changez d’hémisphère. 
En fait, il faut savoir ici que rien ne tourne, on est en 2 dimensions et c’est une ombre rappelant une danseuse, pas une danseuse en 3 dimension. Donc votre cerveau interprète. 
 
 
Par l’image, la respiration, l’humour. Bien sûr, sa culture et son éducation résisteront en manifestant un certain mépris pour ce qu’il ne comprend pas. Il faut le prendre de vitesse. Jouez le morceau pour lui. Donnez -lui une image positive d’un pianiste.
 
J’avais un élève ingénieur qui s’arrêtait après quelques notes et reprendre la pièce, toujours au début pour arriver à n’arriver qu’à jouer la 1ère note. Il .tait alors presque paralysé. Je lui donnai une pièce plus difficile et ne le laissais plus reprendre. Un reggae « Don’t worry, be Happy». C’était une grosse gageure. C’est complexe, même comparé à un Mozart. Mais tout de suite il y arriva. Sa coordination était bonne et les difficultés trop nombreuses l’empêchaient de contrôler consciemment son jeu. les mains et le cerveau faisaient leur travail, sans entraves. Le mental est un entrave. Surtout ne pas le laisser s’arrêter.  Dire «oui, oui , c’est beau continue», de façon à le stimuler positivement. Ces mots restent et il les entendra plus tard quand il jouera plutôt   que: non, tu n’y arriveras jamais, attention, tu vas te tromper.
 
Le cerveau peut gérer beaucoup d’action sans que le conscient viennent mettre le grain de sable.
Le conscient sabote. Il a très peu de talent pour le jeu et il est «jaloux» de l’intuition qui y arrive si facilement. Alors, il sabote. L’élève dit immanquablement «attends» et là je sais qu’il n’y arrivera pas , il va s’enliser. Vite, l’arrêter, faire diversion, lui faire écouter la musique. Aujourd’hui «Youtube» est un outil incontournable.
 
Voir un élève dans sa concentration est un plaisir pour moi. Je le contemple dans un apprentissage profond et je me tais.
La différence entre un jeune de 6 ans ou un jeune de 86 ans c’est…l’éducation. Le sabotage, le fonctionnement du côté droit du cerveau s’apprend. La peur de se tromper le nourrit. Mais la personne de 86  peut réapprendre à laisser aller.
 
Les professeurs ont l’habitude de dire «Il y a trop de laisser aller» moi je dis «il manque de laisser aller, de lâcher prise».
 
Je ne voyais pas ces choses là quand j’avais 20 ans. Je ne connaissais pas le cerveau et la compréhension de cet organe en étais à ses balbutiements. Je voulais bien faire mais, souvent je créais des obstacles. Le professeur veut bien faire. Après une formation de base en pédagogie et psychologie. Je commençai à travailler de façon plus efficace.
Vu que je  ne me considérais pas comme parfait je pouvais m’améliorer et prendre de l’expérience, jour après jours, année après année. Cela depuis plus de 30 voire 40 ans et plus. J’ai commencé à me questionner sur l’enseignement de la musique dès l’âge de 12 ans guidé par mon père, professeur au module d’éducation de l’UQAR dès 1972.
8 ans ou 60 ans, même chose
Pour arriver à jouer avec faciliter le jeu commencez par ne voir que les touches noires. Pourtant, on ne veut pas les voir ces touches noires si dangereuses. Pourtant elles vous guident. Groupées par 2 et 3 (la grenouille et la tortue) elles constituent le seul repère visuel dont vous aurez besoin.
Chopin lui, regardait toujours le plafond lorsqu’il jouait.
 
Il faut croire qu’il y voyait la musique en lui peut-être par la glande pinéale, le 3e oeil, l’organe de la vision interne. On voit et on entend et on sent par cet oeil où l’on rêve et projette ses rêves dans le futur
 
Jean Genest, M. Musique 1992
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s