«Pianisme» et chamanisme

Devenir pianiste est l’affaire d’une vie.$_59 (5) Ça débute le jour où vous le rencontrez cet ami, ce confident, «l’instrument», qui code vos secrets pour les transmettre dans ce langage qui peut être compris seulement par l’âme et ceux qui nourrissent leur propre âme ou par les âmes affamées par la vie.

Être pianiste c’est être bâtisseur de ponts entre deux dimensions et entre les âme entres-elles.
Que l’on chante, joue du tambour ou du piano, un chant à la terre ou «You’ve got a friend», joue «Giant Steps» au saxo ou la Sonate de Franz Liszt au piano, c’est à l’univers qu’on s’adresse, l’univers en nous et en vous, autour et alentour.

C’est une base du chamanisme, nous faisons partie d’un TOUT, in/out et yin/yang, obscur/lumineux, physique/métaphysique. Le monde des «vivants» et celui des esprits.

Méta signifie «autour du» et cet autour est extérieur et intérieur (peut-être encore plus vaste mais peu connu voire interdit et contrôlé sévèrement par le civilisé).

C’est Gaïa, Pachamama et ce qui précède le monothéisme, la pensée unique, l’esprit sans l’âme. Comme les chamans depuis des millénaires (100,00 ans et plus et plutôt néandertalien que sapiens) les grands compositeurs connaissaient les fonctions physiques et métaphysiques des sons. Le cerveau de sapiens, le nôtre principalement est plus petit et moins équipé pour le voyage intérieur. Notre ADN occidental  mais aussi oriental recèle 2% à 4% d’héritage néandertalien. On le retrouve au niveau du système immunitaire, la cible des pharmaceutiques…

Les «NOTES» Il y a la terre G et le ciel C#.  = la rotation de la terre 24h et autour du soleil 365 jours. En quelque sorte le «triton» si agréable dans le «blues» et honni dans le classique (diabolus in musicae)

J’utilise les lettres qui datent de Pythagore sont utilisées en pachamamaanglais et en allemand et dans les pays de l’est encore aujourd’hui. Les notes en français sont celle adopté par le catholicisme en l’an mil pas Guido d’Arezzo

Moi je continue la tradition chamanique que Chopin (Mazur) et Liszt (Hun-grois) connaissaient. Beethoven probablement avec «Sonate à la lune» en C# et Ludwig à la croisée des chemins a révélé son «illumination». De là le pouvoir extraordinaire de leur musique.

Mais bien sûr si on ne veut faire  que de la diversion. Si oui, continuez à jouer des beaux morceaux dégriffés.

 

Lire: https://fr.wikipedia.org/wiki/Catharsis

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s