ORAL vs ÉCRIT

salvador_dali_szerint-001_965468_69675

La pédagogie a traversé les époques depuis  la connaissance de la musique. Aujourd’hui encore, il existe plusieurs modes d’apprentissage de la musique: l’oral et l’écrit.

Depuis la nuit des temps, la musique était enseignée de bouche à oreille. Nos violoneux transmettaient leur musique à un apprenti face à face. Si le rythme ou la « façon », « l’esprit » n’était pas bonne, le maître y mettait une grande importance et corrigeait immédiatement. Dans l’apprentissage écrit, il y a un délai parfois de plusieurs années. J’ai souvent entendu dire par les professeurs de niveau « supérieur » « apprenez vos notes, vous apprendrez la musique « plus tard » quand vous serez parfait. cela fait beaucoup de jeune qui n’y auront jamais accès. Peut être même le professeur lui-même n’y a pas accédé.

 

Mais plus que tout, l’apprentissage par l’oral permet au débutant de développer une gestion interne du jeux sans être basée sur la vue. Est-il nécéssaire de souligner que la musique est affaire d’oreille. Depuis plus de 25 ans je réalise que les débutants apprennent plus vite par transmission directe du professeur. Leur jeu est plus fluide, plus facile et ils peuvent jouer des pièce bien plus complexes. La lecture comme la reconnaissance des notes doit être séparée pour les premiers temps. Sinon, ils joueront au rythme de leur lecture et les Schtroumpfstructures mentales ne se développent pas et l’élève « talentueux » décroche. C’est là que l’on perd les talents exceptionnels pour garder les enfants dociles. Ça ne prend pas beaucoup de temps mais demande une implication plus grande du professeur. C’est son travail n’est-ce pas?

Oui au début de mon enseignement j’avais un doute et je trouvai des trucs pour transmettre comme, des images mentales et comment décrire, les patterns. Ainsi le côté droit du cerveau, le coté artiste, est mis à profil. C’est ainsi qu’on apprend des formes, des patterns plutôt que des notes.

Développer l’oreille est assurément la priorité dans l’apprentissage de la musique. La lecture séparée au début peut alors apporter tout le bon qu’elle peut donner à l’apprentissage plutôt que de le bloquer.

Jean Genest, maître en pianomoimême

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s