La gratuité et la culture

rageBon je pète un plomb. Puis-je?

Je vais porter des affiches pour un camp de jour et dans les bibliothèques municipales et les maisons de la culture on me demande toujours « Est-ce que c’est gratuit? » Gratuit? Pourquoi? Travaillez-vous gratuitement, vous? J’ai réussis à ne pas exploser, je reprend les arguments courants afin de prouver qu’en fait, je travaille pour des clous, restant poli, contenant la déflagration

Qu’est-ce qui fait croire au monde que les artistes doivent être automatiquement des bénévoles. Mais voilà, ils sont toujours bénévoles et plein de bonne volonté sinon, de la musique vous n’en auriez juste pas. Il faut aussi que les artistes mangent. Pourquoi doit-on être dans une OSBL et nier qu’on a droit à un salaire? Parce qu’on ferait de l’argent. Avec 20,000$ de revenus moyens (avant impôts et dépenses), nous, les artistes on en fait d’l’argent. Bien sûr, si je prête allégeance à Québécor, je pourrais être riche. Ben oui, j’en ai refusé des contrats payant… pour la fête du Canada entre-autres. Pourquoi je ne m’écraserais pas devant ce pouvoir et m’obstine à garder ma dignité?

Croyez-vous que ce sont tous des assistés sociaux qui vont voir les spectacles gratuits? Il y a beaucoup de bobos qui vont à ces spectacles. À forces de spectacles gratuits, de festivals et de fêtes on en vient à croire que tout ça, ça tombe du ciel.

Mais , au fait, qu’est-ce qu’on fête? Est-ce que le Québec est devenu indépendant pendant que je ne regardais pas. En nous offrant la gratuité, on infantilise le peuple québécois qui n’a pas à prendre la responsabilité de sa culture. L’artiste prend toujours un risque.

L’artiste est l’investisseur qui prend le plus de risques, sans filet.

Chaque chanson, chaque pièce de théâtre sont le fruit d’un intense travail et a un PRIX. On nous dit souvent »ce que vous faite est beau, ça n’a pas de prix. Oui on le sait. Mais voilà, on va le faire pareil mais on aimerait arrêter de tirer « l’yab » par la queue. On aimerait vivre autrement que dans l’insécurité permanente Grrrrr….

L’artiste donne le MEILLEUR de lui-même, souvent pour des clous mais, voilà: les jeunes arrivent constamment sur le marché avec leurs rêves et le « marché » en profite. Quand vous devenez vraiment bon et expérimentés, ils le font pour quelques $ jusqu’à ce qu’ils soit eux-mêmes brisés. L’industrie culturelle en est une de jetable après usage. On presse le citron et on jette. Et la compétition de retour…quel gâchis. J’en parlerai un autre tantôt

Alors, je m’adresse aux artistes, jeunes et moins jeunes.

REFUSEZ de jouer gratuitement.

REFUSEZ de jouer pour des clous ou pour un sandwich et une bière gratis. Reconnaissez faites reconnaître votre valeur

REFUSEZ de jouer en croyant que ça va vous faire connaître

Au public: Ne croyez-pas que vous avez à encourager l’artiste car, du courage il en a des masses. Supportez-le aidez-le à se produire, parlez-en. Ne vous contentez pas de la mode. Anyway, dans 5 ans vous allez trouver que la mode était archi-laide 5 ans plus tôt

Et finissons-en avec la culture de la gratuité.

Nous ne sommes pas des enfants mais un peuple courageux qui désire prendre son destin en mains. Les artistes le chantent, les artistes le danse. Soyez de la partie, soyez dans la salle. Payez un juste prix pour un instant d’éternité et nourrissez votre humanité.

C’est pour ça qu’on existe

S’cusez-le

Jean_Genest

Jean Genest

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s