Le premier talent à avoir pour faire de la musique

 

Vous entendez cette musique. Allez au piano et essayez de la jouer. Pas de trouver les «notes»,  la JOUER. Si vous y arrivez, vous avez le 1er talent nécéssaire pour faire de la musique.Être capable de jouer «à l’oreille» est ce qui permet d’avoir une bonne lecture de la musique.

Malheureusement dans les idées reçues la lecture vient en premier: erreur. Trop souvent, des gens jouent naturellement des morceaux qu’ils entendent mais croient qu’ils ne peuvent pas jouer «pour de vrai». Ne cherchez pas avec vos yeux mais comme si vos doigts sentaient un courant magnétiques émanant du clavier et il sera attiré par les sons que les doigts «pré-sentent» dans le clavier.

Trouvez la 1ère note en haut (mélodie) et ensuite en bas, la (basse). Quand vous savez où sont le ciel et la terre, vous avez un bon départ. La suite c’est de jouer encore des morceaux que vous aimez. Pas de tutorial, pas de feuilles mortes. Quand vous aurez de l’aisance ce sera alors le temps d’apprendre à lire la musique et surtout «Lui donner la VIE».

En tant que professeur, mon rôle est de fournir des musiques qui vous nourriront aussi le cœur.

christmas-piano-KVW0jO-clipart-300x204

 

Jean Genest, maître en musique, enseignant depuis 40 ans et toujours passionné de musique de toutes sortes et d’enseignement.

Piedmont, Laurentides (514) 434-9016

Le défi de Zorra: Vivre Votre Vie

Le défi: Vivre SA Vie, accomplir votre destiné et savoir distinguer votre rêve des chimères et des leurres.

Surmonter les embûches qui se dresseront devant vous et vous enseignent à  Vivre libre. Ou alors vivre celle d’un autre. Devenir un «FRÛ», un «senex», un saturnien amer et rancunier.

Vaincre les monstres: les démotivateurs, les illusions, les manipulateurs, les voleurs de vie, les narcissiques,  l’envie, la jalousie, les faux paradis et les séducteurs. Les être et les entités «malfaisantes» quoi! C’est bien mieux que le «monopoly», vous croyez-pas?

Soyez le Héro de votre vie et non la victime d’un autre qui poursuit les chimères et veut vous détruire. Ulysse l’a vécut il y a bien longtemps mais chacun de nous le vivent mais trop souvent tombent dans les pièges.

Chaque oeuvre musicale illustre un défi, un combat, un enseignement, un apprentissage de vie

 

VOILÀ sens de «L’ODYSSEA de ZORRA»

Ce concert-spectacle pour un publique adulte est disponible au Québec et en Europe dès juillet 2019. Profitez de l’offre de Lancement

Contactez-nous par courriel à :     jbgenest@yahoo.ca

Affiche Zorra 2019 petite

 

La grenouille et le mille-pattes

«Une méchante grenouille avait demandé, par méchanceté, à un mille-pattes : « Comment fais-tu pour marcher ? … Alors le pauvre mille- pattes s’est mis à penser à ce qu’il faisait pour marcher, et il ne savait plus marcher du tout ».

Êtes-vous ce mille-pattes? Ce mille-pattes au 1000 talents qui, depuis sa naissance marche ou danse avec aisance et qui aujourd’hui tourne en rond ou pousse son rocher tel Sisyphe.

Qu’est-ce qui fait que vous êtes aujourd’hui paralysé au bord du chemin de votre propre vie?

Voilà bien une petite fable très ancienne qui dépeint une réalité bien triste. C’est une réalité qui a des racines dans la compétition et souvent même dans votre famille dès la petite enfance. Lorsqu’un personne réalise des choses extraordinaires, si on ne peut la surpasser, il faut la saboter. C’est une situation que peu arrivent à identifier dans leur propre vie. Trop de personnes se battent contre des fantômes qui «n’existent pas».

C’est un programme, un virus qui a été glissé dans votre pensé et vous ramène toujours à la case départ.

C’est une pratique malheureusement courante qui prend souvent sa source  au sein même de la famille et qui peut avoir des répercussions à long terme. Quelqu’un a joué un «mind game»

Alors que faire si vous êtes ce mille-pattes vous devez cesser de «trop» penser avant d’agir. Voyez cet enfant. Vous lui posez une question. Ça ne l’intéresse pas. Il inspire, hausse les épaules puis les laisse retomber en faisant «péter» l’air entre ses lèvres dans un «Pfffffou…» caractéristique. C’est aussi simple que ça et ça veut dire «je m’en fout». Alors, inspirez-haussez les épaules et….PFFFouuu…Ça ne coûte rien mais vous verrez.

C’est une simple réaction de «lâcher prise mental» mais c’est efficace. Ça vous libère de ce «virus» qui sabote vos actions. Si vous êtes ce milles-pattes vous avez intérêt à le faire aussi souvent que c’est nécéssaire et à chaque fois que le virus s’active vous paralysant. Ce «Pffffffou…» est vraiment très efficace et vous pouvez le faire 4 à 5 fois de suite. Les «grenouilles» le déteste.

Bien sûr si vous le faites devant votre patron ou une personne d’autorité ça peut amener certains problèmes mais trouvez-vous un endroit tranquille et ne vous faites pas de bile.

Pour ce qui est de la grenouille, ON S’EN FOUT. 

$_59 (7)

 

Réinventer le« concert»

5699065ef9c5d4aa7758b28817347f32Depuis toujours j’ai désiré réinventer le contexte dans lequel la musique est présentée. Déjà à 18 ans, je voulais animer mes concerts ce qui était reçu plutôt négativement dans un milieu très conservateur.

D’un autre côté, si j’adore jouer la musique, les prestations musicales m’ennuient beaucoup et je  sais que je ne suis peut-être pas le seul.

Mon but est de vous faire vivre une expérience «esthétique» hors du temps et de l’espace et même nous faire oublier au profit de la musique.

Je vous parlerai de l’éclairage, le cadre. Qu’est-ce qui a motivé le compositeur et a provoqué la genèse de l’oeuvre et nourrit sa créativité. Beaucoup des ces choses sont absentes dans la formation du musicien moderne.

Par exemple, je prend Debussy dont l’oeuvre fait partie de notre prochain programme e concert: La première Rhapsodie pour clarinette et piano. Il semble que Debussy rêvait de voyage. Il n’avait pas les moyens de se le permettre alors, il rêvait. Les pays lointains et mystérieux. L’orient, qu’il découvre à l’exposition universelle. L’occident «Ce que ramène le vent de l’ouest» on découvre peu à peu les merveilles de l’Amérique du nord et surtout sud. C’est là que me transporte cette rhapsodie. L’aspect merveilleux et magique des choses ne laisse pas Debussy  indifférent. L’aspect métaphysique des choses, le chamanisme exerce sur lui un magnétisme puissant. La transe est pour beaucoup de compositeur une amie chère. Ils la vivent à leur manière et la recherche.

La transe on la reconnait dans cette oeuvre et connaître le phénomène apporte beaucoup à l’interprétation. La musique appartient aussi à l’autre dimension  bien qu’on a tendance à l’oublier. La musique possède sa part de chamanisme.

Interpréter veut dire aussi comprendre l’instrumentation. Bruno Biot (U. Laval) me disait «quand tu joue de la musique pour piano de Beethoven, pense que tu joue avec un orchestre». Beaucoup de musiciens trouvent cela ridicule mais j’ai accepté de l’essayer et le piano prend une toute autre dimension. La palette de couleur s’élargit.

Et si on disait, quand Beethoven ou Debussy ou Stravinsky composait pour orchestre, c’était une réduction des sons de l’univers… Parce que le compositeur, il entend ça lui le son de l’univers, de la mer, de la brume.

N’entendez-vous pas les feuillages dans les cordes de Mozart, les nuages ou la lumière chez Beethoven, l’odeur du dégel dans «Le sacre du printemps».

Chez Debussy, le battement d’aile du papillon, les esprits de l’Amazonie encore inviolée parcouru par cette vie extraordinaire, ces animaux, ces insectes, ces reptiles mais aussi cette végétation d’une incroyable générosité. Je l’entend dans «Ce que le vent d’ouest à rapporté». De même je l’entend dans la Rhapsodie.

Debussy avait lu avec passion «Le jardin du paradis» un conte d’Andersen. Qui a le temps aujourd’hui de lire ces vieux trucs? Moi, mais je suis moi-même un Vignette de Bertallvieux truc, n’est-ce pas? Quand on voit les récits d’explorateurs dont se régalaient les jeunes artistes de l’époque, on peut commencer à comprendre qu’est-ce qui nourrissait l’imaginaire d’un Debussy, d’un Stravinsky. Aujourd’hui on regarde un film et hop, c’est fait. Le travail intérieur n’a pas le temps de se faire et voilà un nouveau film.

Ce que je veux dire, c’est que l’interprète doit faire ce cheminement avec ce que peut apporter un documentaire du «National Geographic» en plus MAIS, il peut donner l’occasion au public  de vivre cette expérience dépaysante et regénératrice. C’est pour cette raison que je crée ce conte «L’Odyssée de Zorra» Un conte pour adultes car trop long et complexe pour un enfant mais actuel pour l’adulte. Bon, je  reverrai peut-être cette idée plus tard ou allégerai peut être le programme.

Odyssée, j’en viens à Homère avec son Ulysse que d’autres appellent «Odyssea, Ὀδυσσεύς / Odusseús». Une Odyssée se déroule sur une longue période d’une vie. Ulysse prend 20 longues années d’errance à retrouver sa terre et sa maison. Il est parti bien avant pour le siège de Troie, il y a eu l’Iliade.

Zorra en mettra autant. Son Odyssée se fera de la naissance et la découverte de la musique, en passant pas l’exile jusqu’à son retour pour regagner ce qui appartient depuis toujours, sa vie. Quarante années où elle devra faire face à des monstres de la vie ordinaire pour accéder à une vie extraordinaire.

Certain d’entre-nous s’avouent vaincus au premier round. Certains se relèvent tant bien que mal pour survivre. Mais pour certain, survivre n’est pas assez. Ils se relèvent et reprennent le combat. Ou bien, ils apprennent  de leur échec et deviennent plus forts. C’est la voie du héro que j’avais présenté dans ma conférence sur Chopin et son 1er Concerto.

Zorra (petite renarde) débute sa vie comme un petit bout de fille déterminée. Déterminée à trouver le chant de la forêt et le semer à tout vent et, comme kokopelli, pollèniser les cœurs. Pour cela elle fera l’apprentissage de la clarinette «la clarinote» comme le dit la petite fille 6 ans. De 6 ans elle grandira en suivant son idéal. À presque 20 ans, elle est forcée à l’exil et, comme Ullysse, elle fera un bien beau voyage pour revenir confronter son monstre.

Mais Zorra c’est Ulysse au féminin, c’est vous qui devez relever les défis ou apprendre à vous relever vous-même et retourner dans la vie pour aller plus loin.

À travers la narration de l’Odyssée vous entendrez la genèse de Zorra à travers Copland, des musiques traditionnelles colombiennes, Zorra «on the road» un peu de folk américain, la musique moderne jazzy et teinté de couleurs sud américaine de Leonard Bernstein. Le voyage vous amènera à Paris avec Poulenc,  à Buenos Aires avec Piazzola et la mythique Machu Pichu avec Debussy. Pour finir et retourner dans la montagne de Colombie avec ?Mozart? OUI!

Pour moi, voilà ce que signifie réinventer le concert: en faire une expérience musicale, créative, profondément touchante et même mystique qui vous donnera envie de relever les défis de la vie.

Bientôt,

L’Odyssée de Zorra,

Lucia Sanchez, CLarinette

Jean Genest Piano, conception, textes et réalisation

Voix de Zorra : à déterminer

Musiques de Colombie, Bruce Cockburn

Poulenc, Bernstein, Debussy, Piazzolla et Mozart

Pour connaitre les dates et lieux joignez le groupe Le duo Jean & Lucia

https://www.facebook.com/groups/137478150292868/

 

 

Au pied du mont Olympe: PIEDMONT

SAM_2642Je veux d’abord remercier les gens de Piedmont pour leur accueil dans ce lieu extraordinaire. Un lieu parfait pour la musique et les pratiques énergétiques du Qi Gong qui fait partie de ma vie depuis 25 ans maintenant et m’ont permis de «survivre» à Montréal.
Il y a quelques  mois, je choisissais de m’installer à Piedmont. Venant de Rimouski, 35 ans de vie à Montréal et de cours de piano ont mis ma santé à l’épreuve. Travailler assis n’est pas très bon. Le Tai ji, les Qi gong, la marche et le vélo urbain m’avaient permis d’y survivre. Bien que le vélo à Montréal, ça peut être «épique».
Il n’y avait pas là les horizons et l’air pur du Bas st-Laurent.
En arrivant, je me suis dis, je vais restaurer ma santé ici. Là je signai mon bail pour un joli appartement.
Le lendemain de la signature du bail, j’étais admis au CHUM au bord de la rupture d’anévrisme. Ouf, la catastrophe est évité. J’ai quitté le stress et la pression. À 57 ans, j’ai pris la sortie 57 de l’autoroute de la vie.
$_59 (5)Rapidement ma santé se rétablit. La force créative revient, le jeu du piano se retrouve aussi transformé. La facilité est revenue. De longue marche sur la piste du petit-train et les alentours (car j’adore sortir des sentiers battus). Vous me verrai souvent, même en hiver, au bord de la rivière du nord ou en raquette en bas du ravin ou dans la montagne où la nature et la faune sont superbes.
De plus je me retrouve à vivre au pied du mont Olympe (Olympia), la demeure des Dieux. Amusant, non?
La montagne rappelle l’image de Pachamama, la terre mère.
Quel endroit parfait pour la pratique du qi gong et du nei gong (méditation).
Je vais y offrir mes cours tant de musique que de qi gong, tai ji et créativité

0101J’ai choisi de devenir «Piedmontais» pour l’énergie unique du lieu. À chaque fois que je montais dans les Laurentides, depuis 30 ans, vis à vis Piedmont, mes poumons s’ouvraient, la vie entrait en moi spontanément. Je le remarquais à chaque fois. Je sentais cette force.

Jack Rabbit venait de Piedmont, que dire de plus. Venez faire l’expérience de l’énergie avec moi dans l’art millénaire du Qi gong.

Vivre 100 ans c’est bien mais les vivre en santé, c’est encore mieux

C’est là où vivait Jack Rabbit dont je vous parlerai dans mon prochain article. Aussi, L’automne de Glazunov enregistré ici dans mon studio
Jean Genest, Piedmont 2019
Le Mont-Olympe, Grèce, là où vivent les Dieux
Résultats de recherche d'images pour « Mont Olympe »

Côté Jazz, jammer avec Lilou

Pour la St-Valentin Lilou nous présente son 1er concert Jazz.

au programme

  1. Three to get ready (solo)
  2. Take five (avec Jam)
  3. La panthère rose (solo)

Jammer avec Lilou (avec maman, grand-maman, grand-papa, un ami et moi-même)

Lilou a beaucoup d’assurance et de plaisir. Après 8 ou 10 cours de piano jazz, elle a la piqûre. Elle a aussi ses impros libres. Vous la reverrez sûrement.

Le Jazz et l’improvisation sont des complément à la musique classique. Le piano jazz est aussi un art complet. On peut faire une carrière en Jazz aujourd’hui.

Contrairement à la croyance populaire, le jazz ne «brisera» pas votre classique. Il le libérera, l’humanisera et rendra la technique aisée.  Étant un musicien classique, je déplore le côté coincé de la formation classique. Trop de rigidité. Chez des pianistes comme Duddley Moore ou Victor Borge on constate cette aisance. Par contre le monde classique semble aimer la rigidité et les a cantonnés au divertissement léger. Pourtant ce sont des pianistes extraordinaires. Le monde classique défend avec férocité ce qui semble libre.

Le cliché du petit ou de la petite fille docile qui s’approche du piano et joue ( supportant un grand stress) son morceau est encore objet de fascination. Qu’il soit malade 1 semaine avant de jouer semble ne déranger personne. On associe «classique» et discipline, docilité, pas liberté…

Souvent ces enfants sont malheureux avec le piano. Aussitôt qu’ils le peuvent ils abandonnent les cours. Ça va avec le développement de l’individu. Vers 13 ans leur volonté se développe et le piano se prend un bon coup de pied au derrière.

Je travaille depuis toujours à faire des pianistes heureux, que ce soit dans le jazz ou le classique. J’en ai assez du classique «stérile». Vous?

Le plaisir de la musique chez l’auditeur est indissociable de plaisir de jouer

Jean Genest, Piedmont 2019

Février, Procrastinez

Dans certains cas et à certaines périodes, procrastiner est bon et même un devoir. N’attendez pas d’être malade ou de mourir…c’est pas nécessaire et ça peut être plutôt désagréable. Arthur

Écoutez cette musique (ou mieux, jouez-la, elle est facile, même à l’oreille). Principalement les touches noires, il n’y en a que 5. Sinon, Partition ici

Rappelez-vous que jouer une musique est bien plus puissant que l’écouter. Soûlez-vous en.

Mais est-ce la déprime ou un besoin de paix, de «sainte» paix. Avoir besoin de paix est normal et naturel, surtout à cette époque de l’année. L’énergie «yang» viendra en son temps. Pourquoi devrait-on toujours «péter le feu»??

La déprime rôde…

Nous vivons dans un monde où on doit être productifs. Papa et maman travaillent, les enfants vont à l’école et ensuite à leurs nombreux cours (ballet, danse, judo, piano…). Il faut faire le taxi, déneiger, préparer les repas…et puis il y a la «mammo» préventive, le dentiste, le petit bruit dans le moteur, l’insomnie, le gym parce que ça me donne de l’énergie, ne pas oublier d’allez chercher le petit à la garderie et d’amener l’ado chez le psy…AAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHH.

Votre cœur se noue, l’estomac suit, puis l’intestin…et je ne dors pas bien. Si au moins je pourrais avoir une grippe, pas trop méchante mais pour me permettre de rester à la maison…quelques jours seulement. Sssiiiiouplaaaait!!!.

La grippe, mais pourquoi? Vous avez le droit d’ÊTRE sans être malade.

Il y a 12 mois dans l’année. Ah oui? Certains sont propice au travail, même acharné. À certaine périodes de l’année, une énergie irrésistible vous envahit et vous stimule. Certains mois appelons-ça une énergie irrésistible de ne rien faire vous envahit. Ce n’est pas toujours un «manque» d’énergie, ça peut être l’énergie forte du yin de relaxer, cocooner, faire de l’INTROSPECTION. Réévaluer les trajectoires. Ou même tuer quelques cellules inutiles voire cancéreuses et se reconstruire, renaître, faire de nouvelles et belles cellules. Vous n’avez pas à demander la permission.

Faisons de février le mois de la paix. Remettez à demain ce que vous ne pourrez pas faire aujourd’hui. Et pourquoi pas après demain. ET prenez le temps pour vous, avant d’exploser.

Asseyez-vous au piano sur une chaise avec un dossier, appuyez sur la pédale de droite et s’il n’y en a qu’une vous pouvez pas vous tromper. S’il n’y a pas de pédale achetez-en une (surtout pas la petite DP2 carrée, elle vous fera enrager)

Donc appuyez sur la pédale. Ignorez les touches blanches du clavier. Jouer à sauter d’une touche noire à l’autre doucement, glissez le long du clavier en regardant au loin. Vous pouvez pas vous tromper, elles sont toute belles, vraies. Aucune fausse note dans les touches noires mais beaucoup sur les touches blanches.

Étrangement les touches noires rappellent le blanc de l’hiver…

Allez lentement, tout doux, ne lâchez pas la pédale.

On appelle ça la gamme pentatonique. La 1ère gamme, celle qui est déjà en vous avant d’apprendre la musique, celle que vous fredonnerez pour endormir bébé. La paix, 5 notes, 5 éléments, 5 organes…

C’est février, cocoonez et procrastinez. De toute façon le tsunami d’avril viendra vous ramener à surfer sur le gros «YANG». Mettez vos écouteurs et brancher vous sur le chargeur de batteries jusqu’à ce qu’elles vous disent «GO». Ça viendra.

Là c’est le temps du gros «YIN»

DSCN1151

Aucun animal n’a été maltraité dans cet article.

Merci à Tito et Arthur pour leur figuration.

Jean Genest. Piedmont 2019